À Sebastian Scheffer, le 24 mai 1665
Note [59]

Page 279 (Paris, 1646), livre ii, chapitre lxxxviii, De Eupatorio, seu Hepatorio, et Agrimonia [L’Eupatoire, ou Hepatorium, ou aigremoine], ligne 14 (§ 4‑v), remplacer Eupator par Eupatorium et dederetur par adhiberetur dans :

Cum Eupator. [Eupatorium] Mesue fere dederetur [adhiberetur] ad compositiones alterantes.

[Puisque Mésué dédie (emploie) généralement l’eupatoire {a} à (pour) la préparation des compositions altérantes].


  1. Ce nom d’eupatoire, qu’on donnait à l’aigremoine (v. note [11], lettre latine de François Teveneau, datée du 25 février 1657), vient de Mithridate vi Eupator, c’est-à-dire le Grand, roi du Pont (Bosphore) au ier s. av. J.‑C., inventeur supposé du mithridate (v. note [4] de l’observation xi).

    V. supra note [12] pour Mésué.


La réédition de Francfort (1667, page 218) a appliqué cette correction.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Sebastian Scheffer, le 24 mai 1665. Note 59

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1384&cln=59

(Consulté le 09.12.2022)

Licence Creative Commons