À Johannes Antonides Vander Linden, le 9 février 1657
Note [6]

Euphorbe : « arbre semblable au ferula, qui est plein d’un jus fort subtil et fort pénétrant, jusque là qu’il le faut tirer en le perçant de loin avec une pique ou une lance. Ce jus qui en sort en abondance se recueille dans une peau de mouton dont on environne l’arbre ; et c’est celui qu’on appelle euphorbe vitré. Les apothicaires ne veulent pas le battre eux-mêmes, mais le font battre par des crocheteurs, parce que, quelque autre précaution qu’on prenne, il monte au cerveau où il fait de dangereuses inflammations. Pline dit que l’invention de l’euphorbe est attribuée à Juba, roi de Libye, qui lui donna le nom d’Euphorbius, son médecin, frère d’un Musa, médecin d’Auguste. L’euphorbe est un médicament laxatif qui est fort dangereux, car c’est le plus ardent et le plus violent de tous les remèdes, quand même il serait pris en petite quantité. Il est propre aussi pour faire éternuer » (Furetière).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 9 février 1657. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1108&cln=6

(Consulté le 11.04.2021)

Licence Creative Commons