De Jacques Péricard, le 10 mars 1657
Note [6]

Plus loin dans son épître dédicatoire, Saumaise en promet en effet plus à son père et aux lecteurs de son De Pallio :

Codicem præterea manu exaratum, cujus ab amico mihi copia olim facta est, satis vetustum et optimæ notæ, curiose semper inspexi, cujus et scripturam ubique fideliter expressam exhibui, eum cum prima et secunda Beati Rhenani editione in omnibus fere consentientem comperi. Cum eodem porro illo vetusto exemplari, et veteribus editionibus omnia Tertulliani opera pæne incredibili labore et studio contuli : quem infinitis prope locis emendatum haud paulo meliorem mea industria dari edique possem jampridem haud vanam animo fiduciam concepi. Integris etiam ac justis commentariis nobiliores et politiores aliquot ejus tractatus illustravi, ut Apologeticum, de Corona militis, de Spectaculis, de Habitu muliebri (de Cultu fœminarum) : quibus omnibus operibus eandem opem tuli, et eandem operam, quam huic de Pallio contuli, ut si hæc placeant, non displicitura utique illa sint, quæ ad eundem gustum exacta sunt. Sed illa suo tempore et ordine si Deus faverit, et vitam mihi produxerit, exibunt.

[En outre, j’ai toujours attentivement examiné avec curiosité un manuscrit, dont un ami m’a jadis fourni une copie : il est assez vieux et d’excellente qualité ; j’ai montré que le texte y était fidèlement reproduit, et découvert qu’il concordait presque en tous points avec la première et la seconde édition de Beatus Rhenanus. {a} Avec ce vieux manuscrit et les anciennes éditions, par une application et un labeur presque incroyables, j’ai depuis collationné les œuvres complètes de Tertullien. J’ai depuis longtemps conçu, sans vaine confiance en moi, que je pourrais les donner, corrigées en une quantité presque infinie d’endroits et rendues passablement meilleures par mes soins, et les publier. J’ai même éclairé de commentaires raisonnables et pertinents quelques-uns des traités les plus célèbres et les plus élégants, comme L’Apologétique, De la Couronne du soldat, Des Spectacles, Du Vêtement féminin (De l’Ornement des femmes) ; {b} à tous, j’ai apporté le même soin et le même travail qu’à ce traité Du Pallium, de sorte que si celui-ci plaît, ceux-là devront plaire de toute façon, car ils ont été produits pour satisfaire le même goût. Mais ils ne paraîtront qu’en temps et lieu opportuns, si Dieu le permet et me prête vie]. {c}


  1. Beat Bild (Sélestat 1485-Strasbourg 1547), humaniste alsacien qui a publié les œuvres de Tertullien en 1521, rééditées en 1528 et 1545.

  2. Traité composé de deux livres.

  3. En dépit de ses promesses, De Pallio est le seul traité de Tertullien dont Saumaise ait fourni une édition imprimée. Aucun des autres cités ne se trouve dans la liste détaillée des manuscrits inédits de Saumaise qu’a établie l’abbé Papillon. Ceux-là durent être jetés au feu après la mort de leur auteur, comme il avait ordonné à son épouse de le faire (v. note [1], lettre 327).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Jacques Péricard, le 10 mars 1657. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9052&cln=6

(Consulté le 20.01.2021)

Licence Creative Commons