À Claude II Belin, le 12 septembre 1646, note 7.
Note [7]

Julep cordial : « potion douce et agréable qu’on donne aux malades, composée d’eaux distillées ou de légères décoctions, qu’on cuit avec une once de sucre sur 7 ou 8 onces de liqueur, ou de sucs clarifiés. On en donne quelquefois pour la boisson ordinaire en certaines maladies. Il sert à préparer les humeurs peccantes, ou pour rétablir les forces du cœur abattues, ou pour provoquer le sommeil » (Furetière). Le mot vient « de l’arabe jelâb, potion médicinale composée de fruits, de miel ou de sucre et d’eau, venant lui-même du persan golapa, de gul, rose, et ap, eau, à cause de la couleur rosée donnée à cette préparation » (Littré DLF). V. l’observation ix pour un complément d’informations critiques.

V. note [31], lettre 101, pour le sens de cordial (fortifiant).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 12 septembre 1646, note 7.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0135&cln=7

(Consulté le 15/07/2024)

Licence Creative Commons