À Charles Spon, le 23 mai 1653
Note [7]

Pour le duc de Montbazon, l’annonce était prématurée : v. note [5], lettre 375.

L’autre nouvelle, concernant Henri-Louis d’Albert d’Ailly, duc de Chaulnes, (v. note [17], lettre 312) était exacte : il était mort le 21 mai, âgé seulement de 32 ans. Son cadet, Charles d’Albert d’Ailly (1625-1698), chevalier de Malte, héritait du titre ducal. Il fut fait lieutenant général des armées du roi et gouverneur d’Amiens, de Doullens et de Rue le 14 juillet 1653. Plus tard, il devint ambassadeur à Rome (1667, 1669 et 1689) et gouverneur de Bretagne (1670-1695) puis de Guyenne (1695-1698). Il épousa Élisabeth Le Féron, veuve de Saint-Mesgrin, le capitaine des gardes tué au faubourg Saint-Antoine (v. note [33], lettre 291). C’était un ami de Mme de Sévigné.

Journal de la Fronde (olume ii, fo 224 rov, Paris, 23 mai 1653) :

« En attendant la nouvelle de la mort de M. de Chaulnes, on assure que M. le cardinal traite avec le chevalier de ce nom du gouvernement d’Amiens, pour lequel on offre à celui-ci de lui laisser la lieutenance du gouvernement de Picardie qui appartient à ce duc, et de lui donner cent mille écus et le gouvernement de Doullens, que M. de Bar lui cédera pour être lieutenant de Son Éminence à Amiens. On croit ce traité fort avancé. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 23 mai 1653. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0315&cln=7

(Consulté le 07.05.2021)

Licence Creative Commons