À Charles Spon, le 16 août 1654
Note [7]

« ainsi en a-t-il plu aux dieux, en demander davantage est impie » (v. note [12], lettre 237). Guy Patin n’a pas précisé ce qu’il entendait exactement par cette arithmétique des dons de Dieu. On peut seulement supposer que ce « quelque chose de trop » qu’avait Charles Ogier était un troisième testicule.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 août 1654. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0364&cln=7

(Consulté le 06.03.2021)

Licence Creative Commons