À Sebastian Scheffer, le 24 mai 1665
Note [79]

Page 381 (Paris, 1646), toujours à propos du gaïac (v. supra note [78]), ligne 28 (§ 17), corriger trois mots dans un passage sur le paradoxe existant entre les qualités humorales du gaïac et celles de la syphilis (vérole) qu’il soignait :

Propterea, prolemata etiam manent indiscussa, cur calidum pugnet calido ? et siccum sicco ? cur corpus recipiant ægri calidi et sicci, a medicamento calido et sicco ? Quod si tale est in morbis adjunctis, cur in ipsa radice non est ? Sed et calid. [calidum] et humid. [humidum] perfecteque [perfecte] et plus nutrit, quam ius pulli consummatum ?

[En outre, des questions demeurent en suspens : pourquoi le chaud lutterait-il contre le chaud, et le sec contre le sec, et pourquoi, si tel est bien le cas dans les maladies associées, ne le serait-ce pas dans la maladie première ? {a} Mais le < gaïac > nourrit-il le chaud et le froid à la fois parfaitement et plus que ne fait un bouillon complet de poulet ?] {a}


  1. La théorie humorale voulait que le chaud fût contraire au froid, et le sec à l’humide. Tout traitement raisonné reposait sur ces oppositions entre les qualités des quatre humeurs : sang humide et chaud, bile sèche et chaude, atrabile sèche et froide, et pituite humide et froide (v. note [4], lettre de Jean de Nully, datée du 21 janvier 1656).

    La maladie première était la syphilis primaire (chancre d’inoculation) et les complications de ses phases secondaire et tertiaire (v. note [9], lettre 122).

  2. Le bouillon de poulet complet (maigre et gras) était réputé posséder la double vertu de rafraîchir ce qui était chaud, et de réchauffer ce qui était froid.

La réédition de Francfort (1667, pages 303) a appliqué ces trois corrections.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Sebastian Scheffer, le 24 mai 1665. Note 79

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1384&cln=79

(Consulté le 28.11.2022)

Licence Creative Commons