À Charles Spon, le 2 mars 1643, note 8.
Note [8]

« Quand, grossière et naïve, la religion n’était pas encore devenue un métier… »

La suite de la Silva ad Franciscum Augustum Thuanum, Iac. Augusti F. [Silve à François-Auguste de Thou, fils de Jacques-Auguste] aide en partie à comprendre le commentaire navré de Guy Patin (page 450) : {a}

         nondum titulum pietatis habebat
Fulmineus Mavors et sceptri dira cupido :
Cum brevis hoc totum melior quo vita paratur,
Regula dictabat, non solis nota magistris,
Sed populi commune bonum : neque docta ferebant
Iurgia dissidium, sed certabatur amando :
Omnibus idem ardor verum defendere tantum,
Morte sua, nullusque alieni sanguine usus
.

[Mars foudroyant et la funeste passion du sceptre n’étaient pas encore prétextes d’adoration ; alors une courte règle ordonnait tout ce qui est requis pour ménager une vie meilleure, non pas pour la gloire des seuls maîtres, mais pour le bien commun du peuple ; de savantes disputes ne favorisaient pas la discorde, mais on la combattait pour s’aimer ; il y avait chez tous la même ardeur à protéger la justice jusqu’à y perdre la vie, et sans nul besoin du sang d’autrui].


  1. Poemata, édition de Leyde, 1645, v. note [40] du Borboniana 6 manuscrit, où sont cités les vers qui précèdent.

Patin a souvent marqué sa profonde, mais illusoire, nostalgie des siècles passés, d’un âge d’or où l’amour du prochain et le bonheur de tous auraient résumé les lois, loin des manigances des puissants et des criminels.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 2 mars 1643, note 8.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0077&cln=8

(Consulté le 18/05/2024)

Licence Creative Commons