À Sebastian Scheffer, le 3 novembre 1667
Note [8]

Plaisant aveu de Guy Patin, après les hauts cris qu’il a poussés dans sa lettre du 7 septembre 1667 à Johann Daniel Horst (v. sa note [1]) quand il vilipendait les libraires parisiens l’accusant d’exercer clandestinement leur profession (comme il le faisait effectivement avec son fils Charles, v. les Déboires de Carolus).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Sebastian Scheffer, le 3 novembre 1667. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1475&cln=8

(Consulté le 23.10.2019)

Licence Creative Commons