Annexe : Noël Falconet, 60 ans après
Note [8]

V. note [55], lettre 99, pour le cardinal Juan de Lugo, s.j., importateur du quinquina (v. note [7], lettre 309) en Europe.

En 1679, vint en France un nommé Robert Tabor, qui, pour se rendre plus recommandable, se faisait appeler le chevalier Talbot. Au moyen d’une préparation secrète, il guérit Monseigneur le dauphin, Louis de France (v. note [12], lettre 715), d’une fièvre quarte très opiniâtre. Le chevalier en acquit une si grande réputation que le roi acheta sa formule et la rendit publique. Ce « remède anglais » consistait principalement en une infusion de quinquina dans du vin (R. Desgenettes in Panckoucke).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Noël Falconet, 60 ans après. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8014&cln=8

(Consulté le 25.11.2020)

Licence Creative Commons