De Jean de Nully, le 21 janvier 1656
Note [8]

Protée : « homme fabuleux qui changeait à tout moment de forme et de figure ; et cette fable vient de ce qu’un roi d’Égypte nommé Protée, selon la coutume du pays, portait sur la tête, par ornement et pour marque de sa dignité, des figures de taureaux, de dragons, d’arbres et d’autres choses semblables ; ce qui a fait que les peuples ont transporté à sa personne les figures de ses habillements de tête, comme dit Diodore Sicilien. On tient même que de là vient l’origine des casques, des cimiers qu’on voit encore dans le blason » (Furetière).

V. note [4], lettre de Reiner von Neuhaus, datée du 1er août 1669, pour une identification mythologique plus exacte de Protée.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Jean de Nully, le 21 janvier 1656. Note 8

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9042&cln=8

(Consulté le 16.10.2019)

Licence Creative Commons