À Charles Spon, le 8 septembre 1654
Note [9]

L’annonce de la mort de l’empereur Ferdinand iii de Habsbourg était prématurée (v. note [8], lettre 364), tout comme celle du vieux duc électeur de Saxe : Jean Georges ier (v. note [10], lettre 23) décéda le 8 octobre 1656.

Son fils aîné, Jean Georges ii (1613-1680), allait alors lui succéder en respectant la volonté paternelle qu’il partageât ses États avec ses trois frères (Auguste, duc de Saxe-Weissenfels, Christian, duc de Saxe-Mersebourg, et Maurice, duc de Saxe-Zeitz). Dans l’espoir futur d’agrandir son apanage, le futur duc électeur de Saxe s’apprêtait alors à abjurer le protestantisme (v. note [29], lettre 484, pour les conséquences politiques cruciales de cette conversion sur l’élection de l’empereur germanique). Jean Georges ii n’allait pas parvenir à l’Empire, mais se ranger du côté de l’empereur, devenir vicaire de l’Empire après la mort de Ferdinand iii (1657) et aider Léopold ier à monter sur le trône impérial.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 8 septembre 1654. Note 9

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0369&cln=9

(Consulté le 25.10.2020)

Licence Creative Commons