Annexe : Avis au lecteur de la première édition des Lettres (Vigneul‑Marville, 1683)
Note [9]

« Je ne me soucie guère de Grevinius, Stengelius, Dessenius, Crato, Erastus, Iohannes Baptista Gemma, et autres, qui ont écrit contre l’antimoine, non plus même que de Caspar Hofmann qui a recueilli plusieurs faits, non dénués de préjugés, et encore moins de Guy Patin, médecin de Paris, et de Charles Spon, médecin de Lyon, et pas le moins du monde, de la sentence du Collège des médecins de Paris prononcée il y a 110 ans. Tous ceux-là n’ont en effet pas connu l’emploi et les forces de l’antimoine, ou n’en ont eu que des notions profondément erronées. »

V. notes [154] et [155] des Déboires de Carolus pour mes commentaires sur ce passage et sur les médecins et les faits qui y sont cités.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : Avis au lecteur de la première édition des Lettres (Vigneul‑Marville, 1683). Note 9

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8036&cln=9

(Consulté le 11.04.2021)

Licence Creative Commons