À Jean Vassan de Saint-Paul, le 8 novembre 1643

Note [9]

Il s’agissait d’une nouvelle pièce anonyme que la Compagnie des médecins de Paris rédigeait contre Théophraste Renaudot, à la suite de sa Requête présentée à la reine… (1643, v. note [15], lettre 92). Pour éclaircir les nouveaux rebondissements que connaissait alors cette empoignade sans merci, Adolphe Chéreau et, après lui, Paul Triaire ont fouillé les comptes annuels manuscrits de la Faculté que le doyen Michel de La Vigne a méticuleusement colligés, suivant la règle, en 1643 (Comment. F.M.P., tome xiii, fo 200 vo). On y lit ces trois sorties au chapitre des dépenses :

Ces indices établissent que sur la demande de la Faculté, Guy Patin a :

  1. fait réimprimer 300 exemplaires du Factum du procès d’entre Me Théophraste Renaudot, docteur en médecine de la Faculté de Montpellier, médecin du roi, commissaire général des pauvres malades et valides de ce royaume,… demandeur en requête présentée au Conseil privé du roi, le 30e d’octobre 1640, contre les doyen et docteurs en médecine de la Faculté de Paris, défendeurs… (sans lieu, ni nom, ni date, in‑fo) pour le diffuser comme pièce à charge contre Renaudot ;

  2. écrit (peut-être) et fait imprimer (sûrement) un factum sans titre qui est une « Requête présentée au prévôt de Paris par les docteurs de la Faculté de médecine contre Théophraste Renaudot et ses adhérents, qui exercent sans titres la médecine au Bureau d’adresse, commençant par ces mots : Le procès entre les doyen et docteurs régents en la Faculté de médecine à Paris et Théophraste Renaudot… » (sans lieu ni nom, 1643, in‑fo) ;

  3. fait imprimer (sinon écrit) l’Examen de la Requête présentée à la reine par le Gazetier (sans lieu ni nom, 4 novembre 1643, in‑4o), qui est le troisième nouveau livret de la Faculté contre Renaudot que Patin annonçait ici au R.P. de Saint-Paul, après les deux susmentionnés.

  4. Renaudot entreprit ensuite de se disculper avec sa Réponse à l’Examen de la requête présentée à la reine par Me Théophraste Renaudot, portée à son auteur par Machurat, compagnon imprimeur (Paris, sans nom, 1644, in‑4o).


Le Factum du procès… (no 1 ci-dessus) est une pièce de 20 pages signée « Monsieur Le Gras, rapporteur », mais écrite par Théophraste Renaudot.


Le factum sans titre de la Faculté publié en 1643 (no 2 ci-dessus) est une lamentation de 12 pages sur le procès qui, sans aboutir depuis trois ans, opposait Guy Patin à Théophraste Renaudot, « que la misère et mauvaise condition des temps semblaient favoriser et qui, pour l’exécution de ses sinistres desseins et par des artifices peu sincères, s’appuyait d’une puissance à laquelle il était difficile et assez dangereux de ne se pas soumettre entièrement » (page 1).


L’Examen de la requête… (no 3 ci-dessus) est une pièce de 40 pages in‑4o datée, à la fin, du 4 novembre 1643. Attribuée à René Moreau (BnF), elle est de Guy Patin, comme l’ont bien montré Chéreau (Bibliographia Patiniana, pages 574‑576) et Machurat (Renaudot lui-même, dans la Réponse qui a suivi).


La Réponse à l’Examen… (no 4 ci-dessus) est un livret de 75 pages in‑fo où Machurat, en même temps qu’il s’identifie à Renaudot et ses compagnons, désigne l’auteur de l’Examen comme étant Guy Patin, mais sans le nommer.

Ces propos de Renaudot sont le plus crédible des témoignages qu’on ait sur le passé de Patin dans l’imprimerie.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Jean Vassan de Saint-Paul, le 8 novembre 1643, note 9.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0096&cln=9
(Consulté le 23.04.2019)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.