L. 471.  >
À Claude II Belin,
le 24 mars 1657

Monsieur, [a][1]

Je vous écris la présente à plusieurs fins : 1. pour vous remercier des neuf thèses [2] que j’ai reçues de votre grâce par un honnête homme qui a pris la peine de les apporter céans, mais de malheur je n’y étais point ; si j’y eusse été, je l’aurais remercié de la peine qu’il a prise ; je vous prie de l’en remercier pour moi.

2. Je vous dirai que j’ai porté chez M. Gérard [3] le troisième livre de feu M. Guillemeau [4] avec quelques thèses de notre Faculté et entre autres, les trois auxquelles mes deux fils [5][6] ont présidé depuis la Saint-Martin[1][7] 3. Nous avons ici M. Bouvard, [8] fort malade, âgé de 83 ans, d’une fluxion sur la poitrine qu’il a eue faible toute sa vie ; j’ai peur qu’il n’aille bientôt chercher son beau-frère M. Riolan [9] en l’autre monde. 4. M. de Bellièvre, [10] premier président, a été fort solennellement enterré dans Saint-Germain-l’Auxerrois, [11] dans la chapelle de sa famille, après le service auquel assista tout le Parlement. La harangue funèbre y fut faite par le sieur Damien, [2] j’entends le P. Faure, [12] jadis cordelier[13] aujourd’hui évêque d’Amiens. [14] 5. Le Parlement continue de faire le procès à M. de Chenailles. [15] Quelques-uns d’iceux vont rigoureusement à la mort, les autres ne vont qu’au bannissement perpétuel. On croit ici que le procès ne sera point fini devant les fêtes, vu qu’il y a encore plus de 60 juges qui doivent parler. M. le président du Blancmesnil [16] a l’honneur d’y avoir fort bien parlé in mitiorem sententiam[3] et est fort loué même de ceux qui vont à la mort. 6. Gabriel Fontanus, medicus Aquensis[17] a fait un livre tout nouvellement achevé à Lyon intitulé Medicina antihermetica, où il a réfuté Van Helmont, [18] grand imposteur indigne d’être réfuté. [4] L’Hippocrate de Foesius est achevé à Genève. [5][19][20] Quinze jours après Pâques, le roi [21] s’en ira à Amiens. On dit que Saint-Ghislain [22] est fort pressé, [6] que le roi de Suède [23] remonte sur sa bête et que l’empereur [24] a révoqué ses troupes qu’il envoyait contre nous en Italie, pour résister au Turc [25] qui le veut attaquer. On dit aussi que Cromwell [26] se va faire déclarer et reconnaître roi d’Angleterre. [7] La coqueluche [27] qui a par ci-devant fort régné commence fort à s’apaiser de deçà[8] Le fils de Dan. Heinsius [28][29] s’en va faire imprimer trois tomes d’épîtres latines de feu Monsieur son père ad varios[9] cela sera bon. On imprime Gerardi Io. Vossii Thesaurus linguæ Latinæ in‑fo[10][30] Je vous baise les mains, à monsieur votre fils, à M. Allen, à MM. de Blampignon et Maillet, et suis de toute mon affection, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Guy Patin

De Paris, ce 24e de mars 1657.



Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 24 mars 1657

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0471

(Consulté le 28/02/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.