L. 903.  >
À André Falconet,
le 8 mars 1667

Monsieur, [a][1]

J’ai une nouvelle à vous dire qui me réjouit : c’est que quelques semaines après le jugement de M. Fouquet, [2] un des juges de la Chambre de justice, [3] nommé de Roquesante, [4] conseiller au parlement de Provence, [5] fut exilé et envoyé en Basse-Bretagne où il a demeuré jusqu’à présent ; sa femme [6] est venue solliciter sa délivrance et l’a enfin obtenue ; [1] si bien qu’il a permission de s’en retourner en sa maison. C’est une grâce que le roi [7] lui a faite, dont je suis bien aise, car quoique je ne l’aie jamais vu, je l’honore sur ce que j’apprends qu’il est fort homme de bien, grand esprit et très savant, mais comme beaucoup d’autres, malheureux. On dit qu’il n’est pas riche, ce qu’il a de commun avec quantité d’honnêtes gens. Abdolonymus, [8] roi des Tyriens, était fort homme de bien, mais il était pauvre et la cause de sa pauvreté était sa grande probité. [2][9] On parle ici de 10 000 hommes que le roi veut envoyer au duc de Savoie, [10] mais on ne sait pas encore si c’est contre Genève [11] ou Gênes. [12] Je me tiens au dernier pour plusieurs raisons. Depuis quatre jours il est mort ici un grand serviteur de Dieu, c’est l’abbé Le Normand, [13] grand hâbleur et à ce qu’on dit, grand fripon. Il faisait le philosophe lulliste [14] et se mêlait de prêcher, mais on n’allait point à ses sermons parce qu’on le connaissait pour un grand hypocrite. [3] Il dit un jour en chaire que tous les jansénistes [15] seraient damnés et qu’ils mériteraient d’être pendus. Enfin, il est mort après avoir bien fourbé du monde et s’être fait connaître à tout Paris. Je suis, etc.

De Paris, ce 8e de mars 1667.


a.

Du Four (édition princeps, 1683), no clvi (pages 432‑433) ; Bulderen, no ccccxlii (tome iii, pages 226‑227) ; Reveillé-Parise, no dccxli (tome iii, pages 640‑641).

1.

Pierre de Roquesante (v. note [3], lettre 804) avait épousé Hélène de Bot (morte en 1672), fille d’Esprit, coseigneur d’Auribeau et de Saignon.

2.

Abdolonyme (ou Abdalonyme), descendant des rois de Sidon (aujourd’hui Saïda, au Liban), était réduit par la pauvreté à cultiver un jardin. En 332 av. J.‑C., Alexandre le Grand voulant placer sur le trône de Sidon un roi qui lui fût attaché, tira Abdolonyme de son obscurité en lui donnant la couronne (G.D.U. xixe s.).

Guy Patin faisait allusion à la relation de Quinte-Curce (Histoire d’Alexandre le Grand, livre iv, chapitre 1) où se lit cette phrase au sujet d’Abdolonyme : Causa ei paupertatis sicut plerisque probitas erat [La cause de sa pauvreté, comme pour bien des gens, était sa probité].

3.

Adepte de Ramon Lulle, l’extravagant philosophe, alchimiste et saint espagnol du xiiie s. (v. note [4], lettre 259), Jacques Le Normand (mort le 4 mars 1667) était abbé du Mont-Saint-Éloi près d’Arras et trésorier de Saint-Jacques de l’Hôpital à Paris. Il était fils de Sylvestre Le Normand, sieur du Mesnil, maître des requêtes en 1612.

Tallemant des Réaux (Historiettes, tome ii, pages 129‑130) a partagé la mauvaise opinion de Guy Patin :

« Il arriva en ce temps-là que l’abbé Le Normand, ce fripon qui a fait quelque temps des catéchismes au bout du Pont-Neuf et qui depuis a fait l’espion du cardinal Mazarin, étant parent de la belle, {a} la prétendait baiser ; mais il le voulait faire d’autorité, elle se moqua de lui […]. L’Evesque était tout fier qu’un fils de maître des requêtes fût parent de sa femme. Enfin il vit bien que ce n’était qu’un impertinent. Boisrobert appelle l’abbé Le Normand Dom Scélérat. »


  1. Mme L’Evesque, fille d’un procureur au Châtelet dénommé Turpin et épouse d’un avocat sans envergure.


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 8 mars 1667

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0903

(Consulté le 25/04/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.