À Charles Spon, le 10 avril 1650

Note [32]

Histoire du maréchal de Guébriant, dressée tant sur ses mémoires que sur les instructions de la cour, et sur les lettres du roi et des ministres, et autres pièces d’État. Contenant le récit de ce qui s’est passé en Allemagne dans la guerre des couronnes de France et de Suède, et des États alliés contre la Maison d’Autriche. Par Jean Le Laboureur. Avec l’histoire généalogique de la Maison du même maréchal et de plusieurs autres des principales de Bretagne qui y sont alliées ou qui en sont descendues ; justifiée par titres, histoires et autres preuves authentiques (Paris, Robert De Nain, 1656, in‑fo, pour la première édition). Guy Patin se méprenait donc en attribuant cette Histoire à un avocat dénommé Blerenval (graphie incertaine), au lieu de Jean Le Laboureur, conseiller et aumônier du roi, prieur de Juvigny.

La maréchale de Guébriant, épouse du comte-maréchal de Guébriant (mort en novembre 1643, v. note [10], lettre 95), était Renée Du Bec-Crespin (1600-Périgueux 2 septembre 1659), fille de René i, marquis de Vardes, et d’Hélène d’O. « Cette dame se croyant mésalliée par le mariage qu’on lui avait fait contracter avec un homme qui avait beaucoup de bien, fit déclarer nul son engagement et se maria l’an 1632 avec le comte de Guébriant, cadet d’une ancienne famille de Bretagne. Elle lui fut fort utile pour parvenir au bâton de maréchal » (Bayle). Devenue veuve, la maréchale avait été chargée, en qualité de surintendante du voyage et d’ambassadrice extraordinaire de France, d’accompagner Louise-Marie de Gonzague, dite Mlle de Nevers, à Varsovie pour y rejoindre le roi de Pologne, Ladislas iv, qu’elle avait épousé par procuration à Paris, le 5 novembre 1645. Nommée en 1659 première dame d’honneur de la future reine Marie-Thérèse, qu’elle ne vit jamais, la maréchale mourut subitement alors qu’elle se rendait à Saint-Jean-de-Luz pour assister au mariage royal.


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Lettre de Guy Patin à Charles Spon, le 10 avril 1650, note 32.
Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0224&cln=32
(Consulté le 06.03.2021)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.