L. 635.  >
À André Falconet,
le 10 septembre 1660

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

M. de Bordeaux, [2] maître des requêtes et chancelier de la reine, mourut le 7e de ce mois. Guénault [3] lui avait fait prendre cinq fois de son vin émétique [4][5] et lui promettait de le guérir. Ce M. de Bordeaux est mort à 38 ans et ne laisse point d’enfants. Il est gendre d’un banqueroutier, [1][6] son père [7] même a fait banqueroute trois fois. [8] Il perd sa charge de chancelier de la reine, on lui doit 100 000 écus de son ambassade d’Angleterre. Son père est un méchant et dangereux partisan. Voilà un échantillon de la bénédiction que Dieu envoie à cette espèce de gens maudits, à ces anthropophages de la France.

J’ai vu les vers de M. Ménage, [9] mais ils sont si rares que je n’en ai pu avoir. Il faut attendre que l’affaire soit accommodée ou étouffée car, bien que le Parlement ait fini hier, néanmoins cette affaire ne l’est point encore. Il y flatte fort le cardinal Mazarin [10] en un endroit et néanmoins, ceux qui le veulent excuser disent que le cardinal a plus de raisons de s’en plaindre que le Parlement. [2] M. Ravaud [11] étant ici m’a promis de m’envoyer le Paulus Zacchias [12] dès qu’il sera fait. [3] Laissez-le faire s’il vous plaît, et ne lui dites mot ; pour tous les livres qui s’achètent à Lyon, nous prendrons patience. On dit que le Parlement et les maîtres des requêtes s’en vont avoir grosse querelle ensemble, et qu’elle est faite exprès pour mater le Parlement. On dit aussi que le roi est fort en colère contre le cardinal de Retz [13] à cause des lettres qu’il a fait nouvellement courir. Il y a même quelques termes que l’on prétend être fort offensifs, comme celui de tyrannie, et Dieu le sait. On dit que le cardinal Mazarin [14] est fort attristé de ce qu’on lui a prédit par son horoscope qu’il n’a plus que cinq mois à vivre. Je ne crois ni l’un, ni l’autre, tous les astrologues judiciaires [15] ne sont que des bavards et des menteurs, il n’y a que Dieu qui sache le futur, illi soli competit summo suo iure tantum arcanum, scientia futurorum ; [4] mais c’est que la cour est pleine de charlatans [16] utriusque sexus[5] Le cardinal de Retz a fait signifier à ses grands vicaires qu’il leur défendrait les ordres cette semaine dans l’archevêché de Paris. Ils y obéiront, mais cela fera du bruit, et gare même que cela ne nous mène à l’interdit. Paris s’en va être aussi désempli qu’il a été, depuis trois mois, plein jusqu’à présent. Tous les provinciaux s’en retournent, le Parlement est fini, ce qui chasse les plaideurs et permet aux conseillers de s’aller promener aux vacances jusqu’à la Saint-Martin ; le bourgeois même s’en va faire vendanger. [17]

La charge de M. de Bordeaux, le chancelier de la reine, a été donnée à M. de Lionne. [18] On croit que l’affaire de M. le cardinal de Retz s’accommode, pour l’inquiétude qu’elle cause au cardinal Mazarin, et qu’au moins il aura la jouissance de son revenu temporel. M. le premier président [19] a entrepris d’accorder l’avocat blessé, qui est M. Laurencher, [20] avec M. de Courcelles [21] qui a donné le soufflet, et a député M. Le Féron, [22] président de la seconde où est conseiller M. Le Clerc de Courcelles, et le doyen des avocats pour aviser aux moyens d’accorder cette controverse.

Nos chirurgiens [23] sont la plupart de grands coquins, putidissimi nebulones, iniquissimi ardeliones : [6] par le moyen du premier barbier [24] du roi, [25] qu’ils aimeraient mieux avoir pour chef de leur Compagnie que d’être soumis à notre Faculté qui les a élevés, conservés et entretenus jusqu’à présent, ils ont obtenu un arrêt d’en haut [26] portant défense d’exécuter notre arrêt contre eux ; [27] dès le lendemain, ils ont commencé à nous morguer et à faire remettre sur leur porte le mot de Collegium qu’ils avaient effacé ; trois jours après, notre doyen [28] a fait casser cet arrêt par un autre qui leur commande de le retirer et ne plus parler de cette affaire, et d’obéir à l’arrêt du Parlement ; le roi [29] même a dit qu’il ne s’en voulait pas mêler. Voilà une race de vipères qui continuellement se rebelle contre la justice et l’honnêteté. Les voilà pourtant sanglés et réduits au devoir. Il n’y a que la force qui les puisse dominer et n’attendez d’eux ni raison, ni humilité, ce n’est pas pour rien qu’on les dit glorieux barbiers. [7] Nous avons été persécutés par les apothicaires, [30] nous le venons d’être par les chirurgiens, mais grâces à Dieu, nous en sommes venus à bout. Il y a encore d’honnêtes gens en France qui savent combien un médecin est incomparablement au-dessus de ces misérables ignorants, et je ne me glorifie pas peu d’avoir contribué à leur abaissement.

Le mariage est accordé entre M. le duc d’Anjou [31] et la sœur du roi d’Angleterre, [32][33][34][35] laquelle est ici. [8] On s’en va là-dessus envoyer un ambassadeur en Angleterre, ce sera le comte de Soissons. [36] On a offert cette commission à M. d’Épernon [37] à la charge qu’il irait à ses dépens, ce qu’il a refusé. On donne 400 000 livres au comte de Soissons. Le duc de Lorraine [38] s’en va retourner en son pays [39] fort malcontent. On envoie en même temps des garnisons dans Nancy, [40] Metz [41] et autres villes voisines. Je vous envoie les vers de M. Ménage, je vous prie d’en faire part à notre bon ami M. Spon avec nos recommandations. Je vous baise les mains et suis de tout mon cœur votre, etc.

De Paris, ce 10e de septembre 1660.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 10 septembre 1660

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0635

(Consulté le 18.10.2019)