L. 702.  >
À André Falconet,
le 7 juin 1661

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

J’apprends qu’un médecin de Bourgogne nommé Bourgeois [2] fait imprimer à Lyon un livre de venæ sectione κατ′ιξιν in internis inflammationibus ; [1][3] le livre sera apparemment curieux et bon, nous en aurons bientôt à Paris. Les Anglais qui sont dans Dunkerque [4] demandent des contributions aux places voisines. Les Flamands en ont fait leurs plaintes. De là vient que le roi [5] a envoyé à Londres M. d’Estrades, [6] gouverneur de Gravelines, [7] pour en traiter avec le roi d’Angleterre. [8] M. de Vateville, [9] natif de Franche-Comté, [10] gouverneur de Saint-Sébastien, [11] ambassadeur d’Espagne à Londres, s’en est retiré fort malcontent et lui a presque déclaré la guerre à cause de l’alliance de Portugal. [2]

Dieu soit loué que votre mal n’a guère duré. Pour mon paquet de livres, je vous remercie de tant de peines qu’il vous donne. J’en viens de recevoir la facture, je vous jure que ce syndic de Lyon est ridicule de dire qu’il y ait là-dedans des livres pernicieux. Le bonhomme ne s’y connaît pas, il n’y a rien que de commun, si ce n’est qu’il tienne pour pernicieux le Catechismus Hollandicus Kuchlini[12] qui était un des plus savants hommes de son siècle et beau-père de Petrus Bertius, [13] savant Hollandais ; [3] lequel s’étant converti, [14] fut ici fait professeur du roi en géographie, quem hic olim intus et in cute novi[4] Il y mourut l’an 1629 d’une dysenterie [15] atrabilaire, [16] fort vieux et fort usé. Feu MM. Piètre [17] et Guérin [18] le traitèrent en cette maladie avec moi. Il me louait perpétuellement ce sien beau-père, duquel j’ai céans un gros tome in‑4o de bonnes thèses, à cause de quoi j’ai voulu avoir cet autre, comme j’ai Theses Leidenses, Altdorphinas, Salmurienses, Amstellodamenses, Basilenses[5] qui sont de fort bons livres ; j’y ajouterai Thesaurus theologiæ Sedanensis[6] S’il dit que ces auteurs ont été hérétiques, il n’a nul droit là-dessus. Le prince le permet, tous les livres qui viennent d’Allemagne, de Hollande sont de même nature. Il y a dans Paris 150 bibliothèques, dans toutes lesquelles on trouvera des livres huguenots, [19] aussi bien qu’en toutes les villes du royaume, et même à Rome, pour ne pas m’arrêter aux seules bibliothèques des R.P. jésuites. Ni lui, ni d’autres n’ont jamais eu droit de l’empêcher et jusqu’ici personne ne l’a prétendu. Est-ce que cet homme veut réformer le monde, empêcher le commerce que le roi permet à ses sujets et disposer des bibliothèques dans lesquelles on trouve tant de philosophes païens, et même quelques athées et plusieurs libertins ? [20] Et bien que j’en parle, ce n’est point que j’y prétende aucun intérêt, je n’en ai aucun pour ces livres ; [21] mais il est mal aisé que dans une grande bibliothèque [22] il ne s’y en rencontre quelqu’un. Et s’il y a en cela du mal, ce n’est point à ce syndic de le réformer. Aussi espèré-je que M. le lieutenant général n’aura point d’égard à des raisons aussi frivoles et que la justice nous délivrera bientôt de cette persécution syndicale, librairesque et mercadente, [7] qui est une tyrannie cui nec debent, nec possunt subiici homines libero ingenio nati[8] Dieu vous puisse donc renvoyer bientôt votre santé, et à nous notre petit paquet. Je vous baise très humblement les mains et suis de tout mon cœur votre, etc.

De Paris, ce 7e de juin 1661.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 7 juin 1661

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0702

(Consulté le 18.10.2019)