L. latine 167.  >
À Johann Daniel Horst,
le 16 juin 1661

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 102 vo | LAT | IMG]

Au très distingué M. Johann Daniel Horst, à Darmstadt.

Très distingué et très affectueux Monsieur, [a][1]

Aussi bien que tout mortel, vous tenez pour absolument certain que la conception ne se fait pas hors de l’utérus. [2] C’est pourquoi ce qu’ont vu les excellents Digby et Pentz, ou bien est sorti de l’utérus, ou bien n’était pas un fœtus : [3][4] si cela est sorti de l’utérus, alors il s’est agi d’un fœtus pétrifié, comme divers auteurs en ont observé avant cela ; [5] si cela est sorti d’ailleurs que de l’utérus, alors il ne s’est pas agi d’un fœtus, mais d’un sarcome, de quelque formation, etc. [1][6][7][8] Le fœtus que Riolan a décrit dans une trompe de l’utérus n’était pas hors de l’utérus, et lui-même n’y a pas cru ; mais il l’a pourtant décrit pour ne pas paraître enlever tout crédit à l’homme de la cour qui jurait l’avoir vu. [2][9][10][11] Si la conception se faisait hors de l’utérus, alors la chylose se ferait aussi bien dans l’utérus, l’hématose dans l’estomac, etc. [3][12][13] Puisse pourtant la paix régner en nous, afin que chaque petite partie de notre corps s’acquitte de sa fonction et que se dissipe entre vous et moi, ou plutôt loin de nous, cette manière chicaneuse de débattre. Vous louer ne me suffit pas, je vous aime, vous honore et vous vénère comme un homme d’immense érudition, qui appartient vraiment à la race des Horst.

[Ms BIU Santé 2007, fo 103 ro | LAT | IMG]

Dieu veuille que nous voyions un jour les réponses de divers médecins qu’a recueillies votre M. Gerner ; je ne doute pas qu’elles seront excellentes, puisqu’elles ont été choisies par un savant homme et surtout rédigées par de doctes hommes, principalement en ces temps où nous revenons pour la plupart à de meilleurs procédés et à de plus saines études qu’auparavant. [4][14] M. Pentz n’aura à acheter ni les Opérations de chirurgie en français, [5][15] ni les deux livres de Bourgeois et les deux autres de Pierre Petit, deux desquels chauffent encore sous la presse, [6][16][17], ni deux petits livres qu’on m’a dédiés : [7] c’est moi qui vous les procurerai et il vous les remettra ; je n’exige de vous rien d’autre que d’accepter un petit présent en témoignage de ma reconnaissance. Cet Aubry [18] est un impur, et même un pur, vrai et franc vaurien, empirique et chimiste famélique, qui gagne sa vie en faisant le maquereau, et non le machaon ; [19][20][21] ivrogne et imposteur, il est digne d’être accablé de la haine générale. Il n’y a pas à s’étonner de l’approbation du roi : nos nomophylax approuvent tout au nom du roi, [8] ayant acquitté les droits accoutumés, mais ne gardant que ce qui est bon pour eux, c’est-à-dire l’argent avec lequel ils conservent ces privilèges. Quant à Borri, il est parti en Hollande, où il ne fera pas de meilleures affaires qu’en Allemagne, car là-bas vivent de très savants hommes qui découvriront sans tarder les fourberies et les artifices de cet Italien. Ses Consilia ne sont pas ce que vous m’enverrez et je vous en saurai gré. [9][22] Je hais les novateurs d’une haine plus que vatinienne, [10][23] s’ils ne se montrent pas honnêtes et n’accomplissent pas ce qu’ils promettent. Je n’ai besoin d’aucune innovation, je ne souffre d’aucune pénurie de médicaments. Si je désirais quelque chose en ce domaine, je demanderais à Dieu tout-puissant que nous ayons en France, ou ici dans nos campagnes, du séné aussi bon et doucement purgatif que celui qui pousse en Arabie. [24] Avec une livre du meilleur séné nouveau, je purgerais plus de malades que la chimie ne peut le faire avec 200 livres de ses purgatifs. [25] Le malheur de notre médecine est pourtant que tant de souffleurs ignorants y accourent, qui n’ont d’autres vœux que de faire rapidement fortune par quantité de fraudes et d’impostures, sous couvert de nouveauté et de diversité des remèdes ; à tel point que notre art très sacré semble parfaitement semblable à cette noire terre d’Homère, qui nourrit quantité d’imposteurs et de charlatans. [11][26] En vérité, je me plains en vain quand il n’y a aucune place pour la reconnaissance des fautes commises, tant cette corruption universelle a poussé de profondes racines dans tous les métiers ; mais après le Mazarin, le pire des vauriens politiques, qui a quitté le monde des vivants, [27] nous viendront peut-être des temps meilleurs et plus doux ; puisse Dieu accomplir cela ! En attendant, vous, très distingué Monsieur, vivez, portez-vous bien et continuez de m’aimer comme vous l’avez fait jusqu’alors, et l’avez prouvé à celui qui n’en est peut-être pas digne, mais qui n’en est pas ingrat à votre égard. Je salue votre très distingué M. Gener et lui offre toute sorte de services. Ayez soin, je vous prie, de remettre rapidement la lettre ci-incluse à M. Sebastian Scheffer, [12][28] médecin de Francfort. Portez-vous bien, encore et encore, très éminent Monsieur.

De Paris, ce jeudi 16e de juin 1661.

Votre Guy Patin de tout cœur.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Daniel Horst, le 16 juin 1661

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1200

(Consulté le 12.12.2019)