L. 824.  >
À André Falconet,
le 22 mai 1665

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Ce 16e de mai. Je vous écrivis hier et envoyai par même moyen un mot de lettre de mon Carolus. Voilà que je reçois la vôtre du 11e de mai. Si votre charlatan [2] en appelle et qu’il ait l’impudence de venir à la Grand’Chambre, j’en parlerai en temps et lieu à M. le premier président ; [3] mais comment s’appelle ce spagirique, [4] qui genus, unde modo ? [1] La plupart des docteurs de Sorbonne [5] haïssent les jésuites [6] fortement, et même le P. Théophile [7] parce qu’il a écrit contre les jansénistes [8] et qu’on l’y croit auteur du livre d’Amadæus Guimenius. [2][9] Ils n’achètent guère de livres parce qu’ils ont en Sorbonne une très ample bibliothèque. [10] On dit ici que l’évêque de Mâcon, [11] M. de Lingendes, [12] est mort et que le roi [13] viendra dans peu de jours au Parlement pour le rachat de son Domaine, [14] dont plusieurs se plaignent par avance. [3]

Je viens d’apprendre que M. Piètre [15] est encore retombé dans son mal et qu’il est en danger depuis hier à midi. Bon Dieu, que de désordre dans cette misérable humanité et qu’Hippocrate [16] a dit véritablement Totus homo a natura morbus ! [4] Il est défait et paraît vieux de 70 ans, et il n’en a que 56 car il est né en 1609, que mourut le grand Jos. Scaliger. [17] Il est vrai que multæ causæ concurrunt, instatiabilis habendi cupiditas, et damnosa medicis omnibus φιλαργυρια  tantopere detestata Hippocrati ; prava diathesis viscerum, præsertim lienis, mesenteris, et cerebri ; adde domesticum dæmonem, fœminum, etc. Vita quid est ? labor est, et habendi vana cupido : Tristis ad extremum sollicitudo diem[5][18][19]

Je viens de chez M. le premier président où j’ai eu le moyen de lui faire la recommandation dont on m’avait prié. Douze des plus célèbres avocats du Parlement y étaient assemblés par son ordre, je pense que c’est pour la bulle du pape [20] que le roi a envoyée pour la faire examiner, avec M. Talon. [21] La reine d’Angleterre, [22] la mère, revient à Paris en intention d’aller aux eaux de Bourbon. [23] Je pense pourtant que telles eaux ne lui valent rien à cause de la faiblesse de sa poitrine qui lui est une maladie naturelle. On parle aussi d’une grande consultation [24] qui se doit faire à Saint-Germain [25] pour la reine mère, [26] savoir si on lui ouvrira la mamelle pour en tirer du pus et de la sérosité maligne qui en consume la substance de jour à autre. On parle aussi d’un certain médecin nommé Châtelain [27] que M. de Bezons, [28] intendant de justice, a ici envoyé de Frontignan. [6][29] On prétend qu’il guérit ces sortes de maladies et qu’il a de beaux secrets contre les maladies incurables. S’il ne promettait rien, on ne le ferait pas venir de si loin. Ce sont des impostures, le cancer [30] ne se guérit point et ne se guérira jamais, mais le monde veut être trompé. Beatus qui intelligit, etc[7][31] On a ici transporté plusieurs prisonniers en diverses prisons, on dit que c’est pour y en mettre de ceux qui sont dans la Bastille où on en est trop pressé. Notre M. Piètre [32] est encore malade. Cet homme est aussi malheureux qu’il est savant, c’est grand’pitié d’avoir si mauvaise tête. Feu Monsieur son père, Nicolas Piètre, [33] son aïeul [34] et son oncle, Simon Piètre, [35] ont été des hommes incomparables. [8] On parle de deux dames de la cour qui se sont battues en duel [36] à coups de pistolet ; [37] le roi dit en riant qu’il n’en avait fait défense que pour les hommes, et non pas pour les femmes. [9] Je vous baise les mains et suis de tout mon cœur votre, etc.

De Paris, ce 22e de mai 1665.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 22 mai 1665

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0824

(Consulté le 16.10.2019)