L. 951.  >
À André Falconet,
le 22 février 1669

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Plusieurs officiers tremblent ici de peur, faute de la paulette [2] que l’on attend de la bonté du roi. [3] On parle ici d’une nouvelle guerre entre l’empereur [4] d’Allemagne et le grand-duc de Moscovie [5] contre les Turcs. L’épigramme latine que vous avez trouvée dans ma dernière lettre, Amor vesanus[1] a pour auteur Steph. Bachot, [6] médecin de Paris, sur un écuyer du comte de Crussol [7] qui, de regret de n’avoir pas été correspondu en amour d’une demoiselle qu’il aimait, se poignarda devant elle. [8] Il n’est pourtant pas encore mort, s’il en meurt on le mettra dans la confrérie de ces amoureux fous dont parle Virgile (6 Æneid.) en ces beaux mots : [9]

Proxima deinde tenent mæsti loca, qui sibi lethum
Insontes peperere manu, lucemque perosi.
Proiecere animas quam vellent æthere in alto,
Nunc et pauperiem, et duros perferre labores !
 [2]

Mme d’Aiguillon, [10] nièce du cardinal de Richelieu, [11] faisait travailler sur ses mémoires un jésuite nommé le P. Le Moine, [12] pour prouver à la postérité le crédit que ce favori avait eu sur l’esprit du roi. Le premier tome était sous la presse, qui eût été bien vite suivi du second, mais on a changé d’avis et on a tout à fait quitté la besogne. Mme d’Aiguillon payait 1 500 livres par an pour la pension dudit père et de celui qui écrivait sous lui. [3] Est-ce qu’il fallait un jésuite pour écrire l’histoire d’un cardinal ? Ou plutôt, n’est-ce point que les bons pères passefins [13] ne se voient guère plus en crédit, et qu’ils ne pourraient honnêtement soutenir tant de mensonges et de flatteries qui seront là ? Plusieurs Français reviennent de Candie [14] et entre autres, M. le comte de Saint-Pol [15] et M. le duc de Rouannois. [4][16] Je vous baise les mains et suis de tout mon cœur votre, etc.

De Paris, ce 22e de février 1669.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 22 février 1669

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0951

(Consulté le 19.10.2019)