L. 995.  >
À André Falconet,
le 17 septembre 1670

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Le roi [2] a ordonné la dissolution de son camp, [3] on en prend 15 000 hommes que l’on envoie à Saint-Quentin [4] en Vermandois, d’où ils seront commandés pour le rendez-vous qu’on tient encore secret. [1] Il y a toute apparence que ce sera contre les Hollandais. Ils sont devenus si glorieux depuis leur commerce des Indes [5] que ceux qui traitent avec eux disent qu’ils sont insupportables. Le roi s’en est cru méprisé et on croit qu’il en garde son ressentiment jusqu’à l’occasion de les en faire repentir. On a envoyé encore 6 000 hommes vers Soissons, [6] et d’autres ailleurs. Vous voyez que tout cela va du même côté. La Triple Alliance [7] va être rompue : les rois d’Angleterre [8] et de Danemark [9] sont d’accord avec notre roi. Væ hostibus ! [2]

M. Yvelin, [10] médecin de < feu > la duchesse d’Orléans, [11] est ici fort malade. Il a 60 ans et n’a jamais vécu sobrement, il buvait son vin tout pur ; il est fort rougeaud. Galien [12] appelle ces gens-là εξερυτρος [3] et dit qu’ils ont tous les entrailles trop échauffées. Je vous prie de me mander si MM. de Tournes [13] ont achevé d’imprimer la seconde partie du livre de M. Daillé [14] de obiecto cultus religiosi[4] Un conseiller de la Cour, huguenot, [15] m’a dit que dans leur réformation ils n’ont point eu de plus grand homme que lui depuis Calvin ; [16] il est mort depuis peu. Ces gens-là font bien autrement étudier leurs proposants [5] que nos moines : [17] c’est presque assez pour ceux-ci quand ils savent lire la messe, cela est honteux ; on en fait passer d’autres pour savants quand ils ont fait quelque méchant livre, mais appuyé du crédit de 50 000 hommes qui sont tous encapuchonnés de la même sorte. Ô le bel argument de la plupart d’entre eux ! c’est le panégyrique de quelque confrère ou de quelque commentaire de animabus languentibus in purgatorio ; [6][18] cependant, cela fait bien bouillir leur marmite et qui en dirait du mal serait à peu près excommunié. [19] Laissons ce discours, Stultus est labor ineptiarum[7][20]

Il est certain que le roi d’Angleterre a écrit au roi en faveur de M. Fouquet, [21] mais il n’y a pas d’apparence que M. Colbert [22] consente à cette liberté, contre laquelle il a fait tant de machines ; interea patitur iustus[8] Mme de Guise, [23] fille de < feu > Gaston duc d’Orléans, [24] est accouchée d’un fils dont la naissance réjouit fort la famille. Elle allait en décadence faute de mâles qui sont, comme vous savez, fulcra et columnæ familiarum[9][25] M. de Périgny, [26] président aux Enquêtes, précepteur de M. le Dauphin, [27] est mort à Saint-Germain [28] d’une apoplexie, [29] et aussi l’aînée des deux filles de M. de Chevreuse, [30] gendre du grand Colbert. [10] La charge de précepteur se donne ici selon les passions d’un chacun : les uns veulent le P. Mascaron, [31] prêtre de l’Oratoire[32] d’autres M. de Bassompierre, [33] évêque de Saintes, [34] et d’autres l’abbé Bossuet [35] qui est présentement évêque de Condom. Tous trois sont fort habiles, mais je crois que ce dernier sera préféré ; cet emploi est de grande importance. [11] On parle ici fort d’un jeune homme de Lyon nommé Guinaut qui a été misérablement tué par des voleurs, dont on ne sait pas encore les particularités. On a trouvé beaucoup d’argent chez lui, mais on croit que l’or a été dérobé. Homo homini lupus, aut Δαιμων. [12]

Il y a bien à dire que ce qu’on écrit de la rage [36] ne soit vrai, M. Piètre [37] s’en moquait, et moi aussi : on n’en guérit point pour aller à la mer. Cette maladie, que les Grecs ont nommée hydrophobia[13] est une espèce de délire causé par une atrabile [38] très pernicieuse qui renverse les fonctions du cerveau. Fernel [39] était un très grand homme, mais il a trop donné dans les qualités occultes. [14][40] On avait fait venir à la cour un capucin qui devait guérir tout le monde. [41][42] C’était un demi-faiseur de miracles. [43] Il a vu le roi par le crédit d’un grand, vous savez que les moines en ont toujours quelqu’un, même plus que d’honnêtes gens. On dit qu’il est fort impudent, belle qualité pour un capucin ! et qu’il est fort ignorant, passe pour celle-ci !

M. Vallot [44] est plus mal que jamais, sa maison est en larmes. On l’a rapporté en litière [45] au Jardin royal [46] et il veut être traité par trois médecins de Paris. N’ayez pas peur qu’il prenne de l’antimoine, [47] quoiqu’il en ait tant donné. Il dirait qu’il n’en a pas besoin et je le crois, mais trois ou quatre mille personnes qu’il a tuées en diraient bien autant si elles pouvaient parler. On dit qu’il est en colère contre M. Brayer, [48] qu’il prévoit être son successeur. Celui-ci en est très digne, mais fin et rusé. Il a déjà 80 000 livres de rente, il n’est pourtant pas encore content. Tria insatiabilia, mare, mulier, avarus ; [15] les moines diraient infernus[16] Je vous baise les mains et suis de tout mon cœur votre, etc.

De Paris, ce 17e de septembre 1670.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 17 septembre 1670

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0995

(Consulté le 23.10.2019)