L. latine 40.  >
À Johann Georg Volckamer,
le 10 septembre 1655

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 37 ro | LAT | IMG]

Au très distingué M. Volckamer.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Pour répondre à votre dernière, dont je vous remercie particulièrement, j’ai reçu avec plaisir les livres que vous m’avez procurés et reconnais vous en devoir beaucoup d’argent. Écrivez-moi donc le prix de tant de volumes ; ou plutôt recevez la somme de M. Pömer ou d’un autre marchand, et je la rembourserai sur-le-champ à M. Picques. [1][2][3] Le très savant M. Conring, véritable polygraphe doué de tous les talents, est la très grande gloire de votre Allemagne ; achetez et envoyez-moi dorénavant, s’il vous plaît, tout ce qu’il écrira, ainsi que son attaque contre le loyolite Mulmann à propos du purgatoire, du pontife romain et d’autres sujets. [2][4][5][6] C’est en effet un écrivain prodigieux et méticuleux, tant il excelle en toutes choses vers lesquelles il dirige son esprit. Vous me réserverez, s’il vous plaît, le Lexicon de Martini ; [3][7] et même achetez-le et recevez-en le paiement de même façon ; à vrai dire, je l’espère d’un autre lieu et ne l’ai pourtant pas reçu ; envoyez-le-moi donc si vous voulez ; plusieurs exemplaires d’un si éminent ouvrage ne m’occasionneront nul désagrément car il ne s’en trouve aucun ici. Riolan, notre très distingué ancien, est en vie et se porte bien ; il a dernièrement écrit contre Pecquet et deux de nos docteurs pecquétiens, Mentel et Mersenne, et publiera cela sous peu ; [4][8][9][10][11][12] je vous en ai réservé quatre exemplaires, deux pour vous, un pour M. Conring et un autre pour M. Nicolaï, que vous saluerez s’il vous plaît de ma part. [13] Un autre de mes amis, le très savant Gassendi, est ici alité pour une très dangereuse inflammation de poumon, qui le met en danger manifeste de périr car il a jusqu’ici refusé la saignée, dont il a une profonde horreur, et dont pourtant il avait absolument besoin. Malheur à ceux que vainc la gravité de la maladie à cause de leur manque de confiance. Je m’afflige cependant pour cet excellent homme, qui est savant par-delà le lot commun de notre siècle. [5][14][15][16] Auparavant, il nous avait donné la Philosophia Epicurea, en trois tomes in‑fo publiés à Lyon ; [6][17] mais s’il avait encore vécu un an, il aurait présenté au monde des lettres tout entier un système de philosophie bien plus exact et achevé. L’injustice du destin tient pourtant à ce qu’il n’autorise pas les hommes de bien à survivre longtemps. Portez-vous bien, très distingué Monsieur, et aimez-moi.

Votre Guy Patin pour l’éternité, docteur en médecine de Paris et professeur royal.

De Paris, le 10e de septembre 1655. [7]

[Ms BIU Santé 2007, fo 37 vo | LAT | IMG]

Plaise à Monsieur                , conseiller du roi en sa Cour de Parlement, avoir pour recommandé en justice le bon droit : pour M. Louis Rassyne, [18] grenetier au grenier à sel de Gisors, [8] appelant, contre M. Giraud Rolland, intimé. [9]

M. de Maupeou rapporteur. [10][19]

Dories, Logris


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 10 septembre 1655

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1073

(Consulté le 13.12.2019)