L. latine 215.  >
À Christiaen Utenbogard,
le 13 octobre 1662

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 115 vo | LAT | IMG]

Au très distingué M. Christiaen Utenbogard, à Utrecht. [a][1]

Je vous ai précédemment écrit pour que vous avisiez notre ami M. Marten Schoock d’envoyer son fils à Paris ; [1][2][3] je l’y accueillerai dans ma maison et le choierai en mon sein aussi longtemps qu’il plaira à ce très distingué jeune homme. Mais à présent je vous écris pour vous remercier de ses livres, que j’ai reçus par vos soins : Simon Moinet me les a fait parvenir par voie sûre. [4] N’a-t-on pas imprimé quelque liste de toutes les œuvres, livres et opuscules de M. Marten Schoock ? S’il n’en existe pas encore et s’il en a le loisir, mettez-lui en tête l’idée de dresser quelque chose de tel. S’il fait cela (comme fit jadis Fortunio Liceti, à la demande de notre ami Gabriel Naudé), [2][5][6] qu’il me l’envoie alors, [Ms BIU Santé 2007, fo 116 ro | LAT | IMG] j’aurai soin de faire imprimer son répertoire en jolis caractères et vous en enverrai autant d’exemplaires que vous voudrez. En temps et lieu opportuns, tirez l’oreille de cet homme, très savant et très occupé à des affaires sérieuses, pour qu’il dresse enfin cette liste. Quand son livre de Fermentatione nous arrivera-t-il ? [3] Il a récemment écrit quelque chose de Sabbato que je n’ai jamais vu ; tout comme son de Bonis ecclesiasticis, in‑4o, son Collegium logicum, in‑8o, son traité de Inundationibus, in‑8o, et ce qu’il a écrit in Suetonium[4][7] Vous achèterez, s’il vous plaît, chacun d’eux à mes frais, et les enverrez ensuite à Paris par une voie que je vous indiquerai le moment venu. Je souhaite que vous y joigniez aussi un exemplaire de la Fabula Hamelensis, in‑12o, relié à la mode hollandaise. [5] Ce livre me semble excellent ; j’ai offert celui que j’avais au très illustre M. de Lamoignon, le fort docte premier président du Parlement de Paris ; [8] lequel m’invite très souvent à manger à son opulente table et à partager ses débauches savantes. [9] J’y ai fréquemment et longuement discouru avec lui sur les savants et sur les écrivains érudits de notre temps, parmi lesquels notre ami Marten Schoock n’a pas tenu le dernier rang. Je n’ai pu ni dû lui refuser ce livre sur la Fabula Hamelensis quand il me l’a demandé. J’attends et désire donc que vous me l’envoyiez, de même que les Vitæ professorum Groningensium, in‑fo[6][10] Voyez comme je suis effronté et pardonnez-le-moi. Notre différend avec le pape n’a pas encore pu être arrangé : on dit que toute l’affaire aboutira à l’emploi de la force et se terminera par la guerre. [11][12] On parle ici de la diète de Ratisbonne qui doit se tenir dans quelques mois et à laquelle, dit-on, notre roi enverra l’illustrissime et éminentissime cardinal de Retz. [7][13][14] Saluez le très distingué M. Marten Schoock. Portez-vous bien et aimez-moi.

De Paris, ce 13e d’octobre 1662.

Votre Guy Patin de tout cœur.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Christiaen Utenbogard, le 13 octobre 1662

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1248

(Consulté le 16.10.2019)