L. latine 216.  >
À Johann Georg Volckamer,
le 26 octobre 1662

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 116 ro | LAT | IMG]

Au très distingué M. Johann Georg Volckamer, docteur en médecine à Nuremberg.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Aujourd’hui je vous écris surtout pour vous faire savoir que je suis en vie et me porte bien, et que je vous suis entièrement dévoué et tout à fait attaché pour quantité de raisons. J’ai reçu hier matin de votre part, par M. Nicolas Picques, [2] votre excellent paquet qui a été si longtemps arrêté en chemin, et pendant tant de mois. J’y ai trouvé votre petit billet où vous me promettez de plus longues lettres et de meilleures, et je souhaite fort qu’il m’en parvienne ; mais en attendant, puissent les dieux vous être favorables et vous conserver. J’y ai aussi découvert les deux livres que j’avais envoyés au très distingué M. Rolfinck ; [3] plût au ciel qu’il les eût gardés par égard pour moi et qu’il eût voulu les tenir pour siens. [1] Je suis disposé à vous rembourser ce que vous avez dépensé pour le paquet : envoyez-m’en le compte quand vous voudrez. J’ai ici à vous expédier un grand livre excellemment relié, où il y a de nombreux portraits de rois, de reines, de nos princes et de leurs épouses, de quelques cardinaux et de quantité de nobles ; [2] mais il n’y en a aucun de la famille des savants ; j’en ai cependant réuni quelques-uns et les y joindrai. Je vous ferai parvenir ce livre par l’intermédiaire de notre ami Spon pour qu’il vous soit plus sûrement remis. [4] Je salue MM. les très distingués Felwinger, [5] Rolfinck, Conring, [6] et les autres qui voient nos affaires d’un bon œil ; mais vous, très distingué Monsieur, qui êtes si obligeant et si éminent parmi les meilleurs, continuez de nous aimer ; vivez, portez-vous bien et soyez-nous favorable.

De Paris, ce jeudi 26e d’octobre 1662.

Votre Guy Patin de tout cœur.

[Ms BIU Santé 2007, fo 116 vo | LAT | IMG]

Votre M. Felwinger semble avoir écrit bien des choses que je n’ai pas vues : je n’ai en effet de lui qu’un livre de Ratione ditescendi, un opuscule de Senatoribus et ses Dissertationes politicæ, in‑8o, de 1661. On loue cependant ses commentaires de Disputatione et de Tyrannide, et d’autres encore ; [3] s’ils sont en vente, je vous prie de me les acheter ; tout comme les ouvrages suivants d’autres auteurs qu’a loués le même Felwinger dans ses Dissertationes politicæ, tels que le Collegium politicum de Hensler, Obrecht in Secretis politicis, etc. [4][7][8]


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johann Georg Volckamer, le 26 octobre 1662

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1249

(Consulté le 18.11.2019)