L. latine 415.  >
À Vopiscus Fortunatus Plempius,
le 12 novembre 1666

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 212 ro | LAT | IMG]

Au très distingué M. Vopiscus Fortunatus Plempius, à Louvain.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Je me suis souvent inquiété de vous et de votre santé, et j’y pense encore, car un sage théologien m’a remis votre lettre, dont je vous remercie beaucoup ; il m’a avisé que vous étiez alité, mais j’espère que vous guérirez vite. Pour moi, je me porte bien, en dépit de mes 65 ans, mais sans savoir combien il m’en reste à vivre. Seul Dieu tout-puissant, lui qui est le suprême arbitre des affaires, connaît le terme de cette implacable vie. J’ai facilement surmonté l’année climatérique et elle ne m’a pas effrayé car je ne suis pas à ce point timoré : [2] je méprise avec assurance et nie farouchement les délires des platoniciens et les rêveries de Pythagore. [1][3][4] Le livre du très distingué M. Bochart de Paradiso terrestri n’a pas encore été publié. [5] Bénis soient les mânes du très savant M. Sinnich, mais je peine à accepter que son si remarquable ouvrage demeure inachevé. [2][6] Ô que le sort réservé aux savants hommes est fâcheux et cruel ! Notre Pierre Petit vit et se porte bien, [7] je le saluerai de votre part. Que Dieu protège l’excellent M. Senguerdius. [8] Nous avons ici la nouvelle édition du Sennertus[9] enrichie d’un cinquième tome à Lyon, où est mort Pierre Ravaud, [10] l’imprimeur que vous connûtes jadis. [3] Il est ici question d’imprimer certains manuscrits du très distingué Caspar Hofmann, [11] mais nos Parisiens travaillent si lentement et avec tant d’indolence qu’il me semble n’y avoir rien à espérer de tels grippe-sous. [12] Adieu, très distingué Monsieur, et prenez bien soin de votre santé. Adieu, dis-je, continuez de vivre et de m’aimer.

De Paris, le 12e de novembre 1666.

Vôtre de tout cœur, G.P.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Vopiscus Fortunatus Plempius, le 12 novembre 1666

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1449

(Consulté le 25.08.2019)