À André Falconet, le 18 janvier 1659
Note [1]

« la rate était le viscère hématopoïétique [qui produit le sang] ».

Guy Patin était l’un des neuf examinateurs de la première thèse quodlibétaire de Denis Puilon (fils de Gilbert, v. note [30], lettre 399), le jeudi 9 janvier 1659, présidée par Pierre Le Large : An in sensuum externorum organis sola pars princeps sensum edit ? [Est-ce que, dans les organes des sens externes, seule la partie première engendre la sensation] (conclusion négative). Les huit autres examinateurs étaient François Boujonnier, François de La Chambre, Alain Lamy, Nicolas Le Lettier, Claude Quartier, François Landrieu, Jacques Thévart et Urbain Bodineau.

À moins que Patin ne fût grand expert en l’art de détourner la dispute de son sujet, il est plus vraisemblable qu’il voulait ici parler de la première quodlibétaire d’Antoine de Caen, soutenue le 2 janvier 1659 sous la présidence d’Antoine Morand (dont c’était la première), sur une question nettement plus adaptée à sa remarque concernant l’hématopoïèse : An sanguinis conficiendi munere iecur abdicandum ? [Le foie doit-il être démis de la charge de fabriquer le sang ? (négative)] ; mais le nom de Guy Patin ne figure pas dans la liste des neuf domini doctores disputaturi (examinateurs) imprimée à la fin de cette thèse.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 18 janvier 1659. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0553&cln=1

(Consulté le 12.05.2021)

Licence Creative Commons