À Hugues de Salins, le 13 mai 1664
Note [1]

Jacques Regnier (Beaune 1589-ibid. 16 juin 1653), médecin et poète latin moderne, fils d’un avocat peu fortuné, avait d’abord été précepteur tout en étudiant la médecine à Paris et à Cahors. Pendant une dizaine d’années, il exerça à Bordeaux, à Saintes puis à Beaune, où ses confrères lui reprochèrent de n’être pas docteur, ce qui l’obligea à aller recevoir le bonnet à Cahors (1624).

Son principal ouvrage est un recueil de cent fables : Apologi Phædrii, ex ludicris Iac. Regnerii doct. medici [Fables inspirées de Phèdre tirées des amusements de Jacques Regnier, docteur en médecine] (Dijon, Pierre Palliot, 1643, in‑12, dont il n’y eut pas de seconde partie). Trente d’entre elles furent traduites en français et parurent sous le titre de Fables nouvelles en vers (Paris, Blageart, 1685, in‑12).

Du mariage de Regnier avec Anne Perrot en 1609 étaient nés deux fils et trois filles. L’aînée des filles, Antoinette, épousa « Étienne Mallemans, grenetier, seigneur de Collonge, père d’Étienne et Claude Mallemans qui ont publié plusieurs ouvrages » (A.L. Millin, v. note [23], lettre 407).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues de Salins, le 13 mai 1664. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0779&cln=1

(Consulté le 16.06.2021)

Licence Creative Commons