À Ijsbrand van Diemerbroeck, le 31 août 1657, note 1.
Note [1]

Ijsbrand van Diemerbroeck publiait alors régulièrement les « Disputations pratiques sur des observations de malades » qu’il présidait à Utrecht et qui ont été réimprimées dans la 5e partie de ses Opera omnia Anatomica et Medica [Œuvres complètes anatomiques et médicales] (Utrecht, 1685, v. note [7], lettre latine 72). Il avait fait cadeau à Guy Patin d’une édition séparée, parue à Utrecht en 1656.

Cette lettre étant la première que Patin écrivait à Diemerbroeck, j’ai préféré « un jour » (aliquando) à « enfin » pour traduire son tandem. Celle de Diemerbroeck, qui accompagnait son présent, ne figure pas dans notre édition.

Dans la présente, Patin allait très violemment éreinter deux remèdes, le bézoard et la thériaque, dont son correspondant usait volontiers (v. supra note [4]). Cela pourrait expliquer pourquoi les brouillons de Patin ne contiennent qu’une seule autre lettre écrite à Diemerbroeck, datée du 16 juin 1665.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Ijsbrand van Diemerbroeck, le 31 août 1657, note 1.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1123&cln=1

(Consulté le 14/04/2024)

Licence Creative Commons