Annexe : L’ultime procès de Théophraste Renaudot contre la Faculté de médecine de Paris, perdu le 1er mars 1644
Note [1]

V. notes :

  • [57], lettre 57, pour le Bureau d’adresse (agence de placement) que Théophraste Renaudot avait, non sans quelques difficultés, obtenu l’autorisation d’ouvrir en 1628 sur l’île de la Cité ;

  • [7], même lettre, pour les lettres patentes de Louis xiii, le 2 septembre 1640 (enregistrées par la Cour des monnaies le 25 du même mois), officialisant les consultations charitables (créées en même temps que le Bureau) et l’installation de fourneaux pour fabriquer des médicaments chimiques (Renaudot avait pris la précaution d’acheter, en 1638, une charge vacante de conseiller aux Monnaies) ;

  • [15], lettre 324, pour les conférences hebdomadaires savantes que le Bureau a organisées et publiées de 1632 à 1642.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Annexe : L’ultime procès de Théophraste Renaudot contre la Faculté de médecine de Paris, perdu le 1er mars 1644. Note 1

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8008&cln=1

(Consulté le 07.07.2022)

Licence Creative Commons