À Charles Spon, le 6 septembre 1652
Note [10]

Pierre Loisel (Compiègne 1606-Paris 1679), docteur en théologie et en droit canonique, était depuis 1637 curé de Saint-Jean-en-Grève, église située juste derrière l’Hôtel de Ville de Paris (actuelle rue de Lobau), entièrement détruite à la Révolution. Il était alors chancelier de l’Université de Paris (v. note [39] des Décrets et assemblées en 1651‑1652 dans les Commentaires de la Faculté de médecine), après en avoir été plusieurs fois recteur (v. note [3], lettre 595). Ayant marqué de la bienveillance pour le parti janséniste, il était surtout depuis 1648, chancelier de Notre-Dame et l’un des plus farouches partisans du cardinal de Retz, ce qui lui valut d’être exilé à Compiègne en 1654 (Dictionnaire de Port-Royal, pages 682‑683). Loisel avait été blessé à la tête lors de l’émeute de l’Hôtel de Ville, le 4 juillet.

Loisel avait été compagnon de collège de Guy Patin à Beauvais (Vuilhorgne, page 34).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 septembre 1652. Note 10

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0293&cln=10

(Consulté le 19.09.2020)

Licence Creative Commons