À André Falconet, le 4 mars 1659, note 10.
Note [10]

Le second livre de l’ouvrage posthume de Jean Morin traite en grand détail « des rabbins », avec un exposé critique de leur érudition hébraïque :

Exercitationum Biblicarum ; de Hebræi Græcique textus sinceritate libri duo.
Quorum prior in Græcos sacri textus codices inquirit, vulgatam Ecclesiæ versionem antiquissimis codicibus Græcis conformem esse docet, germanæ lxx. Interpretum Editionis dignoscendæ et illius cum vulgata conciliandæ methodum tradit, eiusdemque divinam integritatem Iudæorum Traditionibus confirmat.
Posterior explicat quidquid Iudæi in Hebræi textus hactenus criticen elaborarunt, Talmudis utriusque, Paraphrasum Chaldaicarum, Midraschim et omnium Librorum quos iactant antiquissimos, ætatem examinat : Portentosam apud eos historiæ ignorantiam aperit, Masoretharum opus universum recenset : Unde et quando occasionem Accentuum, versuum, et Punctorum Vocalium textui sacro inscribendorum sumpserunt. Hinc primum apud eos ortos esse Grammaticos. Varias enarrat sacri textus recensiones a Iudæis factas, et quæ supersunt uniuscuiusque Monumenta. Quis Masoretharum scopus in collectione
του Keri et Chetib, seu Variarum lectionum ; qua ratione eas textui inscripserint, et numerus earum initio pauculus labente tempore in immensum creverit. Earum Catalogus texitur.
Authore Ioanne Morino Blesensi, Congregationis oratorii D.N. Iesu-Christi Presbytero
.

[Deux livres d’Essais bibliques, sur l’exactitude des textes hébreu et grec.
Le premier examine les livres du texte sacré chez les Grecs, enseigne que la traduction vulgate {a} de l’Église est conforme aux plus anciens textes grecs, transmet une méthode pour la distinguer de l’édition des 70 interprètes {b} et la réconcilier avec la Vulgate, et établit solidement son intégrité divine sur les traditions des Juifs.
Le second explique tout ce que les Juifs ont élaboré sur la critique du texte hébreu, et examine l’ancienneté des deux Talmud, {c} des paraphrases chaldéennes, du Midrashim {d} et de tous les livres qui se vantent de leur très grande ancienneté ; elle montre la merveilleuse ignorance de l’histoire qu’on y trouve et recense l’ouvrage complet des masorètes ; {e} où et quand ils ont saisi l’occasion d’ajouter des accents, des versets et des voyelles au texte sacré, ce qui mène à savoir quand sont nés leurs premiers grammairiens. Elle détaille les diverses recensions du texte sacré faites par les juifs et les témoins qu’il en subsiste, quelle était l’ambition des masorètes dans le recueil du qere et du ketiv, {f} ou différentes manière de lire ; pourquoi ils les ont ajoutées au texte, et pourquoi leur nombre a augmenté au fil du temps, pour devenir très élevé alors qu’il était très faible au début ; un catalogue en est dressé.
Par Jean Morin, natif de Blois, prêtre de la Congrégation de l’Oratoire de Notre Seigneur Jésus-Christ]. {g}


  1. Vulgate latine, v. note [6], lettre 183

  2. Septante greque, v. notule {b}, note [7], lettre 183.

  3. Talmud de Jérusalem et Talmud de Babylone

  4. Le Midrash est une méthode ésotérique d’interprétation biblique pratiquée par des rabbins (midrashim).

  5. V. note [2], lettre latine 223.

  6. Relation entre ce qui est lu et ce qui est écrit dans la Bible hébraïque.

  7. Paris, Gasparus Meturas, 1660, in‑fo de 634 pages. La Sciographia [Sciographie (profil ombré ou biographie)] de l’auteur date sa mort du 28 février 1659, en sa 68e année.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 4 mars 1659, note 10.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0556&cln=10

(Consulté le 13/04/2024)

Licence Creative Commons