À François Teveneau, le 21 juin 1661
Note [10]

« condensé des talents », v. note [24], lettre 240, pour cet emprunt possible à Jean Barclay.

L’aîné des trois fils et de la fille de Catherine Barré qui étaient vivants au moment du décès (1670) de son mari, Robert Patin, se prénommait Ignace-Louis (v. note [16], lettre 985), ce qui pouvait ne pas plaire à Guy Patin, ennemi juré des loyolites ou ignaciens (v. note [4], lettre 430). Sa remarque sur Érasme mène à supposer qu’il aurait préféré ce prénom pour le premier de ses petits-fils, qui venait de voir le jour et dont toute la famille avait ardemment « désiré » la naissance.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À François Teveneau, le 21 juin 1661. Note 10

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1202&cln=10

(Consulté le 28.01.2023)

Licence Creative Commons