À Charles Spon, le 16 novembre 1655
Note [11]

Dispute de l’Eucharistie par le sieur David Derodon [v. note [1], lettre 302], professeur en philosophie à Orange (Genève, Pierre Aubert, 1655, in‑12o).

Derodon y cite Pierre Gassendi dans la seconde partie du traité, à la fin du chapitre iv, Continuation des preuves que la doctrine de la transsubstantiation [v. note [5], lettre 952] détruit la nature des accidents, où est montré que les qualités sont des substances ou des manières d’être des substances (page 223) :

« Monsieur Gasseid <sic>, prévôt ou doyen de Digne, professeur royal et le plus grand philosophe de ce siècle, en sa Physiologie, pages 240 et 241, pose et prouve que les espèces ou images visibles des objets sont des corps et que ce ne sont autre chose que la lumière. En la page 264 et 265, il pose et prouve que la lumière est un corps ; en la 273 et 274, il prouve que le son est un corps ; en la 288, il montre que l’odeur est un corps ; en la 292, il dit que les saveurs sont des corps ; en la 394, il dit que la quantité est la matière même, ou une manière d’être de la matière ; en la 318, il dit que le feu et la chaleur ne diffèrent que selon le plus et le moins, et cite Aristote qui, au livre i de ses Météores, ch. 3, dit que le feu n’est autre chose qu’une chaleur excessive. Bref, presque partout il pose que les qualités ne sont point différentes de leur substance, ou que ce sont des manières d’être des substances. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 novembre 1655. Note 11

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0426&cln=11

(Consulté le 28.02.2021)

Licence Creative Commons