À Charles Spon, le 5 juillet 1658
Note [11]

L’et cetera escamote sans doute une transcription grecque des deux premiers vers du Ploutos d’Aristophane (v. note [6], lettre 952), où Kariôn (un juste) s’exclame :

Ως αργαλεον πραγμ’ εστιν, ω Ζευ και θεοι,
δουλον γενεσθαι παραφρονουντος δεσποτου
[Quelle pénible chose c’est, ô Zeus et tous les dieux, de devenir esclave d’un maître frappé de démence !].

Guy Patin devait conserver pieusement dans sa bibliothèque un exemplaire des Aristophanis Comædiæ xi, græce et latine, cum emendationibus Ios. Scaligeri… [Onze comédies d’Aristophane, en grec et latin, avec les corrections de Joseph-Juste Scaliger…] (Leyde, Jean Maire, 1624, in‑12o).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 5 juillet 1658. Note 11

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0529&cln=11

(Consulté le 20.10.2019)

Licence Creative Commons