À Charles Spon, le 6 mai 1650
Note [12]

V. note [55], lettre 219, pour le Privilège du roi qui mettait les libraires lyonnais en infraction dans leur réédition des Opera de Daniel Sennert en 1650. Guy Patin en avait réceptionné sans encombre plusieurs exemplaires qu’il s’apprêtait à écouler clandestinement (v. note [8], lettre 229). Ces pratiques illicites allaient lui coûter fort cher sur la fin de sa vie, et bien plus encore à son fils Charles (v. les Déboires de Carolus).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 mai 1650. Note 12

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0227&cln=12

(Consulté le 18.04.2021)

Licence Creative Commons