À André Falconet, le 15 août 1651, note 12.
Note [12]

« et embrasée par le désir de vengeance ».

Tibère était le fils de Livie, {a} qu’Auguste, premier empereur romain, {b} avait épousée en troisièmes noces. Livie mit tout en œuvre pour qu’Auguste, écartant tous les autres prétendants à sa succession, adoptât Tibère qui devint ainsi le second des Césars en l’an 14 de notre ère. Les débuts tumultueux du règne de Tibère occupent les chapitres vi à xvii du livre i des Annales de Tacite. Peut-être Guy Patin pensait-il précisément au début du chapitre vii :

« À Rome, cependant, tous se précipitent dans l’esclavage, consuls, sénateurs, chevaliers. Plus on était d’un rang élevé, plus on était hypocrite et empressé ; et le visage composé afin de ne pas sembler joyeux de la fin du prince {b} ni attristé par l’avènement d’un autre, {c} on mêlait pleurs, expressions de joie, gémissements et flatteries. »


  1. Livia (v. note [11], lettre 750).

  2. Auguste (v. note [6], lettre 188).

  3. Tibère (v. note [3], lettre 17).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 15 août 1651, note 12.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0265&cln=12

(Consulté le 26/05/2024)

Licence Creative Commons