À Charles Spon, le 6 janvier 1654
Note [14]

Guy Patin narrait ici l’arrivée de l’Orviétan à Paris en 1647, opérateur italien venu d’Orviette (Orvieto, à 95 kilomètres au nord-ouest de Rome) et inventeur et débiteur d’un médicament « dont il a fait des expériences extraordinaires en sa personne sur un théâtre public » (Furetière). Le nom commun d’orviétan servait à désigner l’antidote ou contrepoison que vendait cet Orviétan, dénommé Cristofero Contugi (mort à Paris en 1681). « Dans la Pharmacopée de Charras il y a une manière de faire l’orviétan où l’on voit que la thériaque est une des principales drogues qui y entrent » (ibid.).

La composition de cette panacée était alors soigneusement tenue secrète et Patin se contentait de lui donner le nom vague d’opiate (v. note [6], lettre 81). Elle connut un succès considérable pendant plus d’un siècle, tout en devenant synonyme de drogue charlatanesque (Nachet in Panckoucke, 1819) :

« Médicament interne, officinal que nous rangeons parmi les conserves composées molles et qui, suivant le Codex de Paris, 1818, devra trouver place parmi les électuaires opiats puisqu’il contient de l’opium. Il entre dans cet électuaire 54 drogues, ce qui le rapproche, pour le nombre, de la thériaque ; Hoffmann {a} l’a réformé et a réduit ses composants au nombre de 26, il diminua aussi la quantité d’opium de moitié ; il l’a décoré du nom d’orviétan sublime ou orvietanus prestantius. Ces deux compositions hors d’usage n’étant pas comprises dans le nouveau Codex, je me crois dispensé d’en transcrire ici les formules. »


  1. Friedrich Hoffmann, au xviiie s.

Ce remède douteux connut un succès tel que Molière a jugé bon de le brocarder en deux passages de son Amour médecin (acte ii, 1665, v. note [1], lettre 835).

  • Scène 6 :

    Sganarelle. « Morbleu, il me vient une fantaisie. Il faut que j’aille acheter de l’orviétan , et que je lui en fasse prendre. L’orviétan est un remède dont beaucoup de gens se sont bien trouvés. »

  • Scène 7 :

    Sganarelle. « Holà ! Monsieur, je vous prie de me donner une boîte de votre orviétan, que je m’en vais vous payer. »

    L’Opérateur (chantant).

    « L’or de tous les climats qu’entoure l’Océan
    Peut-il jamais payer ce secret d’importance ?
    Mon remède guérit par sa rare excellence,
    Plus de maux qu’on n’en peut nombrer dans tout un an.
    La gale,
    La rogne,
    La tigne,
    La fièvre,
    La peste,
    La goutte,
    Vérole,
    Descente,
    Rougeole.
    Ô ! grande puissance de l’orviétan ! »

    Sganarelle. « Monsieur, je crois que tout l’or du monde n’est pas capable de payer votre remède ; mais pourtant voici une pièce de trente sols que vous prendrez, s’il vous plaît. »

    L’Opérateur (chantant).

    « Admirez mes bontés, et le peu qu’on vous vend,
    Ce trésor merveilleux, que ma main vous dispense.
    Vous pouvez avec lui braver en assurance,
    Tous les maux que sur nous l’ire du Ciel répand.
    Etc. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 janvier 1654. Note 14

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0336&cln=14

(Consulté le 05.12.2020)

Licence Creative Commons