À André Falconet, le 3 juin 1661
Note [14]

Le méchant jeu de mot que Nicolas i de Villeroy (v. note [5], lettre 133) a construit sur mulier (femme en latin) se trouve aussi dans Tallemant des Réaux (historiette sur les Contes de prédicateurs et ministres, tome ii, page 781) :

« Un prédicateur disait qu’on appelait la femme Mulier, quasi mule hier, mule aujourd’hui, mule in æternum. »

Ici s’achève le passage le plus misogyne de toutes les lettres de Guy Patin (v. notule {d}, note [1], lettre 600). Son mépris des femmes était profond et sincère, et sa fureur contre Mme de Label ne servait ici que de prétexte à l’exprimer.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 3 juin 1661. Note 14

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0701&cln=14

(Consulté le 27.09.2022)

Licence Creative Commons