À Charles Spon, le 21 avril 1655, note 17.
Note [17]

V. note [14], lettre 387, pour la Soteria du P. Jean Bertet sur la maladie de Pierre Gassendi, dont j’ai consulté deux versions : celle qui a été imprimée en à Lyon en 1654 et celle que Balthazar de Monconys a reprise dans son Journal (ibid. 1666). La différence porte sur les vers parlant de Jean-Baptiste Morin, auteur d’âpres et incessantes attaques philosophico-astronomiques contre Gassendi. {a}

  • 1666, page 40 (originale) :

    Plus quam Thessalicis dura excantavimus astra
    Carminibus ; tandem, Morine irascere Fatis,
    Sideribusque tuis
    .

    [Nous avons invoqué l’enchantement des astres cruels par des incantations plus que thessaliennes ; {b} fulmine donc, Morin avec tes mauvais sorts et tes étoiles !] {c}

  • 1654, page 9 (modifiée) :

    Plus quam Thessalicis dura excantavimus astra
    Carminibus ; ventura patent cui fata, Morinus,
    Conciliatus adest
    .

    [Nous avons invoqué l’enchantement des astres cruels par des incantations plus que thessaliennes ; Morin réconcilié {d} vient au secours de celui dont la mort s’annonce prochaine].


    1. V. note [4], lettre 185.

    2. Allusion aux vers d’Horace sur les « charmes thessaliens » (ensorcellements) : v. note [10], lettre 65.

    3. Féru d’astrologie, Morin avait tiré l’horoscope de Gassendi pour établir à plusieurs reprises que sa mort était imminente : v. première notule {b}, note [69], lettre 332).

    4. Réconciliation dont Guy Patin disait ici qu’il n’y avait eu « qu’une proposition » sans suite effective, mais qu’on pouvait la croire faite quand circula la version rectifiée des vers de Bertet (imprimée en 1654).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 21 avril 1655, note 17.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0399&cln=17

(Consulté le 03/03/2024)

Licence Creative Commons