Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 8 manuscrit
Note [18]

Le pli de reliure, au bord droit de la page manuscrite, m’a empêché de lire la référence complète donnée par le Borboniana ; mais dans l’Histoire des guerres d’Italie de François Guichardin, {a} le livre sixième (année 1504, tome premier pages 233 vo‑234 ro) décrit la succession de la couronne d’Espagne à la mort d’Isabelle, reine de Castille, douze ans avant son époux, Ferdinand, roi d’Aragon. {b} Souhaitée par de nombreux souverains d’Europe, la désunion de leur double couronne catholique était en jeu :

« Le titre de roi d’Espagne était commun, les ambassadeurs se dépêchaient en commun, les armées s’ordonnaient en commun, et les guerres s’administraient en commun ; et l’un ne s’appropriait rien plus que l’autre en autorité et gouvernement du royaume. Mais par la mort d’Isabelle, {c} sans enfants mâles, la succession de Castille, par les lois du royaume (lesquelles, regardant plus à la proximité qu’au sexe, n’excluent < pas > les femmes) appartenait à Jeanne, {d} fille commune de Ferdinand et d’elle, femme de l’archiduc, {e} parce que la fille aînée, qui avait été mariée à Emmanuel, roi de Portugal, et un petit fils né d’elle étaient morts longtemps auparavant : {f} à raison de quoi, l’administration du royaume dotal, {g} le mariage fini, n’appartenant plus à Ferdinand, il devait retourner en son petit royaume d’Aragon, petit à comparaison du royaume de Castille, pour l’étroitesse du pays et petitesse des revenus, et parce que les rois d’Aragon n’ayant absolue autorité royale en toutes choses, sont, en plusieurs, sujets aux constitutions et aux coutumes d’icelles provinces, lesquelles limitent fort la puissance des rois. Mais Isabelle {c} étant proche de la mort, ordonna par son testament que Ferdinand, pendant qu’il vivrait, serait gouverneur de Castille, tant pource qu’elle désirait qu’il fût conservé en sa première grandeur, pour la bonne amitié en laquelle elle avait toujours vécu avec lui, que (ainsi comme elle disait) pource qu’elle connaissait bien que c’était le profit de ses peuples de continuer sous le sage gouvernement de Ferdinand, et non moins le profit de son gendre {e} et de sa fille, {d} lesquels, puisqu’à la fin ils devaient pareillement succéder à Ferdinand, devaient estimer un grand bien pour eux que, jusques à temps que Philippe, né et nourri en Flandres, où les affaires se gouvernaient diversement, eût atteint un grand âge et pris plus grande connaissance des lois, des coutumes, de la nature et des mœurs d’Espagne, tous les royaumes leur fussent conservés sous un pacifique et bien ordonné gouvernement, les pays de Castille et d’Aragon se maintenant cependant comme un même corps. La mort de la reine engendra de nouveaux accidents en Espagne ; mais les affaires d’Italie, comme nous dirons ci-après, s’en trouvèrent mieux disposées à une nouvelle paix. »


  1. Traduite de l’italien, sans lieu, 1593, v. note [3], lettre 961.

  2. V. note [4], lettre 692.

  3. Je ne suis pas parvenu à comprendre pourquoi François de La Noue (v. note [4], lettre 653), le traducteur de Guichardin, a donné à la reine Isabelle le nom d’Élizabeth : je l’ai corrigé pour la clarté de la lecture.

  4. Jeanne d’Aragon, dite la Folle (née en 1479, v. note [4], lettre 692), dont il sera beaucoup question dans la suite du présent article, devint reine de Castille à la mort de sa mère, Isabelle (1504), et reine d’Aragon à la mort de son père, Ferdinand (1516), mais elle ne fut jamais mentalement apte à régner.

  5. En 1496, Jeanne avait épousé Philippe de Habsbourg (Bruges en Flandre 1478-Burgos en Espagne 1506), dit Philippe le Beau, fils aîné de l’empereur Maximilien ier (mort en 1519, v. note [4], lettre 692) et de Marie de Bourgogne (v. note [19], lettre 312), fille de Charles le Téméraire (dernier duc de Bourgogne autonome, v. note [5], lettre 869).

    Héritier putatif de l’Empire germanique, Philippe pouvait porter le titre d’archiduc d’Autriche, mais était duc de Bourgogne (devenue terre impériale). V. note [17], chapitre ii du Traité de la Conservation de santé pour l’empereur Frédéric iii, père de Maximilien.

    Ce mariage fondait la branche des Habsbourg d’Espagne, et leur étroite et durable alliance avec ceux d’Autriche : double dynastie catholique qui eut une si puissante influence sur les équilibres politiques européens. Philippe devint roi consort d’Espagne, sous le titre de Philippe ier en juillet 1506, mais mourut deux mois plus tard, après avoir donné six enfants à son épouse, dont le futur Charles Quint (leur premier fils, né en 1500). Étant donné l’aliénation mentale de Jeanne, son père assura la régence de Castille jusqu’à sa mort. Son petit-fils lui succéda alors sous le nom de Charles ier, scellant définitivement l’union des couronnes de Castille et d’Aragon, et temporairement celle des Habsbourg hispano-germaniques.

  6. Isabelle d’Aragon (1470-1498), sœur aînée de Jeanne, avait épousé Manuel ou Emmanuel ier, roi du Portugal (mort en 1521, sans droit héréditaire sur la couronne d’Espagne). Leur fils unique, prénommé Michel de la Paix, était mort en 1500, âgé de deux ans.

  7. Dotal signifie lié à la dot versée par l’épouse au mari qui, devenu veuf, n’en a pas la pleine et indépendante jouissance, car elle devient propriété des enfants nés du mariage.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
Borboniana 8 manuscrit. Note 18

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8209&cln=18

(Consulté le 01.10.2022)

Licence Creative Commons