À Johannes Antonides Vander Linden, le 28 février 1664
Note [2]

Ces quatre mots en italique sont en français dans le manuscrit.

Le petit livre posthume de Claude i Saumaise « sur la Manne et le sucre » (Paris, 1663, v. note [16], lettre 95) est un in‑4o d’apparence banale. En prévision de sa reliure, Guy Patin avertissait toutefois qu’il s’agissait d’un in‑8o par demi-feuilles, technique d’impression qui procure des feuilles de 16 pages disposées de façon qu’après découpage et pliage chacune donne naissance à deux cahiers in‑4o de 8 pages chacun (au lieu d’un seul cahier in‑8o de 16 pages). Le second dessin de la page 151 de La Science pratique de l’imprimerie… par Martin Dominique Fertel (Saint-Omer, id., 1723, in‑4o) illustre le procédé.

La coutume étant d’envoyer les livres « en blanc » (non reliés), un relieur distrait ou peu expérimenté pouvait prendre un in‑8o par demi-feuilles pour un in‑8o par feuilles entières, et l’ordre et le sens des pages se trouvaient alors entièrement bouleversés.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 28 février 1664. Note 2

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1315&cln=2

(Consulté le 23.09.2021)

Licence Creative Commons