À Charles Spon, le 7 février 1648
Note [22]

Les sept provinces de la « confédération belge » étaient : la Zélande, la Hollande, l’Utrecht, la Gueldre (avec le comté de Zutphen), la Groningue, l’Overijssel et la Frise, qui avaient été déclarées indépendantes par l’Union d’Utrecht (1579) sous le nom de République des sept Provinces-Unies.

Les Pays-Bas étaient devenus possession espagnole lorsque Charles Quint avait recueilli l’héritage bourguignon de son arrière-grand-père Charles le Téméraire (v. note [19], lettre 312). Les sept provinces du nord, converties au protestantisme, s’étaient révoltées l’une après l’autre à partir de 1566. La lutte menée sous la conduite de Guillaume de Nassau, prince d’Orange, surnommé le Taciturne, aboutit à la formation de la République des Provinces-Unies, dont l’indépendance, acquise dès 1579 mais sans cesse contestée par l’Espagne, ne fut reconnue qu’aux traités de Westphalie en 1648. Le nom de Pays-Bas ou Flandres (v. note [29], lettre 7) fut réservé aux provinces du sud, catholiques, qui, après quelques hésitations, avaient choisi de rester espagnoles ; leur capitale était Bruxelles.

Ces Pays-Bas dits espagnols comprenaient le Hainaut, le comté de Flandre, l’Artois, le Limbourg, le Luxembourg, le Brabant méridional, Namur, Anvers et Malines (G.D.U. xixe s. et Bertière a). Avant la scission de 1579, l’ensemble des Pays-Bas étaient dénommés les 17 Provinces.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 7 février 1648. Note 22

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0150&cln=22

(Consulté le 29.11.2020)

Licence Creative Commons