À Charles Spon, le 28 mars 1643
Note [25]

Andreæ Riveti Apologeticus pro suo de veræ et sinceræ pacis ecclesiæ proposito, contra Hugonis Grotii votum… [Apologie d’André Rivet en faveur de sa proposition d’une paix véritable et sincère de l’Église, contre le vœu d’Hugo Grotius…] (Leyde, Elsevier, 1643, in‑8o).

André Rivet (Saint-Maixent 1572-Breda 1651) s’était appliqué à la théologie calviniste avant d’être consacré en 1595 pour devenir chapelain du duc de La Trémoille à Thouars, Église qu’il avait desservie jusqu’en 1620. Les Églises du Poitou l’avaient député en 1610, après l’assassinat d’Henri iv, pour assurer la reine mère de leur fidélité. En 1617, il avait présidé le synode national de Vitré. Trois ans après, il avait accepté une chaire de théologie à Leyde. En 1626, le synode de Castres l’avait rappelé en France, mais Rivet ne put se décider à quitter la Hollande. Il avait quitté Leyde en 1632 pour aller s’établir à Breda comme curateur de l’École illustre et du Collège d’Orange. Rivet était beau-frère de Pierre i Du Moulin. Calviniste convaincu, il s’opposa vigoureusement et constamment à la réunion des religions (G.D.U. xixe s. et Triaire).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 28 mars 1643. Note 25

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0079&cln=25

(Consulté le 18.09.2019)

Licence Creative Commons