À Charles Spon, le 11 mai 1655
Note [28]

« à cause de la rareté des éléphantiasiques ».

Les éléphantiasiques sont aujourd’hui les malades atteints d’éléphantiasis : gonflement très important d’une partie du corps (membre, visage) avec épaississement de la peau qui lui donne l’aspect rugueux et profondément ridé d’une peau d’éléphant.

Au temps de Guy Patin, l’éléphantiasis des Grecs était une forme de lèpre lépromateuse (v. note [19], lettre 79) : « Les Grecs ont appelé cette maladie [la ladrerie ou lèpre] éléphantiasis à cause que les ladres ne sentent rien et ressemblent à l’éléphant qui est presque insensible à cause de la dureté de sa peau » (Furetière).

L’éléphantiasis des Arabes était considéré comme cancéreux, mais on sait à présent qu’il est dû à une parasitose lymphatique, la filariose de Bancroft, qui sévit encore durement le long de la ceinture tropicale ; l’anomalie est liée à une rétention de lymphe dans le membre atteint qui prend vraiment l’aspect d’une patte d’éléphant. Des anomalies congénitales et des cancers envahissant les voies lymphatiques sont une autre cause possible d’éléphantiasis, mais de volume souvent bien moins impressionnant (lymphœdème).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 11 mai 1655. Note 28

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0402&cln=28

(Consulté le 06.12.2019)

Licence Creative Commons