À Nicolas Belin, le 24 octobre 1646
Note [3]

Jan i van Heurne (Heurnius, Utrecht 1543-Leyde 1601) avait étudié les mathématiques et la médecine à Louvain. Il se rendit ensuite à Paris pour suivre les leçons de Louis Duret et de Ramus, puis à Padoue et à Pavie, où il reçut en 1571 le bonnet de docteur en médecine. Il était sur le point d’y être nommé professeur quand la jalousie de ses rivaux et ses sympathies marquées pour la Religion réformée lui firent préférer le retour à Utrecht en 1573, où il devint médecin du gouverneur, alors espagnol, de la province (que l’Union d’Utrecht ne sépara des Pays-Bas espagnols qu’en 1579) Appelé à Leyde en 1581, il y remplit une chaire avec distinction jusqu’à sa mort. Il a laissé un nombre considérable d’ouvrages (O. in Panckoucke).

Guy Patin citait ici :

  • les Hippocratis Coï Aphorismi, Græce et Latine, brevi enarratione, fidaque interpretatione ita illustrati, ut ab omnibus facile intelligi possint. Cum historiis, observationibus, cautionibus, et remediis selectis… [Les Aphorismes d’Hippocrate de Cos, en grec et latin, éclairés par un bref commentaire ainsi que par une fidèle traduction, pour qu’ils puissent être facilement compris de tous. Avec des récits, des observations, des mises en garde et des remèdes choisis…] de van Heurne (Leyde, Plantin, 1601, in‑16o, ouvrage réédité ou réimprimé un grand nombre de fois) ;

  • les In Aphorismos Hippocratis commentarii septem [Sept commentaires sur les Aphorismes d’Hippocrate] de Jacques Houllier édités par Jean Liébault (Paris, Jacques Du Puis, 1582, in‑8o, pour la première édition ; v. note [12], lettre 503) ;

  • les Claudii Galeni in Aphorismos Hippocratis commentaria, ex interpretatione Anutii Foesii et Gulielmi Plantii, cum annotationibus eiusdem. Editio novissima, a multis, quibus antea scatebat, mendis diligenter repurgata ab Adriano Toll [Commentaires de Claude Galien sur les Aphorismes d’Hippocrate, d’après la traduction d’Anuce Foës et de Guillaume Plancy, avec ses annotations. Toute dernière édition qu’Adrian Toll a soigneusement purgée de nombreuses fautes qui y pullulaient jusqu’ici] (Leyde, Jean Maire, 1633, in‑12o).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Nicolas Belin, le 24 octobre 1646. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0139&cln=3

(Consulté le 24.10.2020)

Licence Creative Commons