À Charles Spon, le 16 avril 1649
Note [3]

« Il est toujours permis, sans nuire à l’amitié, d’être deux à avoir un avis différent sur les mêmes choses. »

L’auteur de cette belle devise de tolérance n’est pas connu, mais elle a été souvent utilisée.

  • On la lit dans les écrits de François de Sales, d’Antoine Arnauld ou de Gabriel Naudé. Ce dernier l’a mise dans la bouche de Mascurat en conclusion de sa discussion avec Saint-Ange sur l’inventeur véritable de l’imprimerie : « Cette diversité d’opinion n’empêche pas que nous soyons bons amis, par la règle, Diversum sentire… » (page 173 du Jugement de tout ce qui a été imprimé contre le cardinal Mazarin… ; v. note [127], lettre 166).

  • Inspirée par la note [15] de la lettre latine 16 à Johann Georg Volckamer, Marie-France Claerebout, la très subtile et zélée relectrice de notre édition, a suivi la piste allemande, et même luthérienne, en dénichant ce distique dans les Colloquia Reverendi Patris in Christo Doctoris Martini [Conversations du docteur Martin (Luther), révérend père dans le Christ], transcrites en 1540 par son disciple et commensal Johannes Mathesius (1504-1565).

  • Nous espérons qu’un bienveillant lecteur nous tirera un jour de cet embarras. « Tout est incertain, Élie viendra qui lèvera le voile » (v. note [3], lettre 417).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 avril 1649. Note 3

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0172&cln=3

(Consulté le 27.02.2020)

Licence Creative Commons