À André Falconet, le 28 juillet 1665, note 3.
Note [3]

L’Âne d’or est l’autre titre des Métamorphoses d’Apulée (v. note [33], lettre 99). Dans le chapitre xxi du livre iii des Aventures du baron de Fæneste de Théodore Agrippa d’Aubigné (v. note [26], lettre 97), intitulé Quelques quatrains, et commencement de l’Histoire de Calopse, Enay lit à Fæneste ces quatre vers : {a}

« On demande à quoi sont utiles
Conchine {b} et force autres encor.
Philippus en eût pris des villes :
Ce sont des ânes chargés d’or. » {c}


  1. Édition de 1630, page 177.

  2. Conchine est Concini (v. note [8], lettre 89).

  3. Philippus est le roi Philippe de Macédoine, père d’Alexandre le Grand, « qui se vantait qu’il n’y avait si forte place qui le lui fût ouverte moyennant qu’il pût y faire entrer un mulet chargé d’or » (note de Jacob Le Duchat, édition de Cologne, 1729).

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 28 juillet 1665, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0829&cln=3

(Consulté le 30/05/2024)

Licence Creative Commons