À Johannes Antonides Vander Linden, le 26 janvier 1657, note 3.
Note [3]

Cælius Aurelianus est un médecin latin du ve s., natif de Sicca (Tunisie), qui appartenait à l’école (secte) méthodique. Outre sa traduction latine des œuvres grecques de Soranos d’Éphèse, {a} il a laissé deux traités originaux.

  1. Jean Gonthier d’Andernacht {b} a donné la première édition imprimée des :

    Cælii Aureliani Methodici Siccensis Liber celerum vel acutarum Passionum, qua licuit diligentia recognitus, atque nunc primum in lucem æditis.

    [Livre des maladies rapides ou aiguës, de Cælius Aurelanius de Sicca, le Méthodique, revu avec toute la diligence possible et aujourd’hui mis en lumière pour la première fois]. {c}


    1. V. notule {b}, note [9], lettre latine 96.

    2. V. note [4], lettre 840.

    3. Paris, Simo Colinæus, 1533, in‑4o.

  2. Ses Quinque libros chronion [Cinq livres des Maladies chroniques] ont paru dans une anthologie publiée à Venise (Alde) en 1547, dont le contenu est analysé dans la note [2] de la lettre latine 44. Sa troisième notule {b} cite aussi l’édition des deux traités réunis de Cælius Aurelianus (maladies aiguës et chroniques) qui a paru à Lyon en 1567 et qu’il est légitime d’attribuer à Nicolas de Nancel.
Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Johannes Antonides Vander Linden, le 26 janvier 1657, note 3.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1104&cln=3

(Consulté le 21/04/2024)

Licence Creative Commons